La dernière des salles obscures

LA DERNIÈRE DES SALLES OBSCURES (intégrale), par Guillon et Lapière (Dupuis, coll. Aire libre, 2005)

C’est l’histoire de Raoul Rosensztroch, célèbre producteur de cinéma, né en 1892 à Paris, et qui meurt à 97 ans, en 1989, dans un parking à Prague. Son histoire est racontée dans son autobiographie mensongère, mémoires de sa vie mouvementée. On suit ses aventures, depuis sa naissance, sa jeunesse parisienne, son premier travail pour Charles Pathé aux Etats-Unis, ses rencontres amoureuses et professionnelles, sa mission de cinéaste des tranchées pendant la première guerre mondiale, sa condition de juif sous le régime nazi (avec une scène étonnante où il a Hitler près de lui, veut mais ne peut le tuer), sa découverte avec un ami du camp d’Auschwitz et du ghetto de Varsovie dévastés, sa vie fructueuse dans le cinéma d’après-guerre et son aventure avec la tchécoslovaque Veronica… L’histoire est mise en parallèle avec la vie mouvementée de cet homme…  L’histoire est émouvante, paraît réelle, est facilement lisible. Avec un sacré rebondissement sur la fin, on comprend finalement toute l’histoire, et c’est assez surprenant !!

Le dessin est assez traditionnel, le dessinateur est quelqu’un de reconnu, et l’album comporte à la fin un court dossier sur lui et ses 50 ans de BD. La structure de l’album est traditionnelle, avec un découpage par vignettes… Une bonne lecture, enrichissante, qui mêle réalité et fiction.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s