Cancer and the city

CANCER AND THE CITY, par Marisa Acocella Marchetto (L’iconoclaste, 2007).

Autobiographie, par une illustratrice new-yorkaise, la quarantaine, plus préoccupée par ses chaussures et ses sorties que par les ‘vraies’ choses de la vie. Célibataire, puis en couple, elle profite à fond de la vie new-yorkaise

(d’où le titre de l’album, forte référence à la série Sex and the city), jusqu’à ce qu’en 2001, un cancer du sein l’atteigne. Sa vie change, et elle nous raconte en dessin toutes les étapes de la vie d’un cancéreux, depuis la rencontre avec les médecins jusqu’aux effets secondaires, et les enfants qu’elle n’aura pas (ce dernier passage est insolite et en même temps émouvant : elle rêve des enfants qu’elle n’aura jamais et parle avec eux jusqu’à ce qu’ils disparaissent)

Le dessin est très simple, le trait parfois instable, les couleurs vives, mais le sujet est assez inédit pour que

l’album soit lu. Sa famille est mise en dessin, et on peut ressentir cet album comme un remerciement envers tous ceux qui l’ont aidé à surmonter cette épreuve.

Conseillé à partir de 15 ans par le site labd.cndp.fr. Fort, l’album incite à la réflexion et peut aider à changer notre vision des personnes atteintes par cette maladie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s