Notre mère la guerre, première complainte

NOTRE MÈRE LA GUERRE, PREMIÈRE COMPLAINTE, par Maël (dessins et couleurs) et Kris (scénario) (Futuropolis, 2009)

1935, en Haute-Garonne. Roland Vialatte est sur son lit de mort et avant de trépasser, raconte au prêtre venu lui accorder les derniers sacrements l’enquête qu’il a mené pendant la grande guerre, alors qu’il était gendarme. En 1915, dans les tranchées, des femmes sont retrouvées égorgées en première ligne, avec à chaque fois une lettre d’adieu. L’une était serveuse à l’arrière, l’autre était une nonne engagée dans la Croix Rouge, et la dernière, journaliste au Washington Post, a été étranglée dans sa chambre d’hôtel à l’arrrière. Le gendarme Vialatte va devoir résoudre cette enquête qui s’annonce difficile. En même temps, il va découvrir la vie des poilus en première ligne, les attaques allemandes, la dureté de la vie au front…

Voici un album dont je connaissais déjà le scénariste Kris, pour sa collaboration avec Etienne Davodeau (dans Un homme est mort) et pour la série autobiographique Les ensembles contraires. L’album m’attendait depuis longtemps dans ma bibliothèque et je ne l’avais encore jamais ouvert. Deux tomes sont actuellement sortis, dans cette série qui se concluera avec le troisième tome (qui devrait sortir en septembre prochain logiquement).

J’ai vraiment bien accroché à cette histoire d’enquête sur fond de guerre. C’est l’occasion d’avoir une description du front en 1915, au début du conflit, avec le point de vue d’un militaire et non d’un soldat. La guerre reste la même, affreuse, avec son lot de corps déchiquetés et mutilés, mais le côté civil apparaît avec l’enquête menée pour meurtres. Dans cet album, il y a quand même plus de récit de la guerre que d’avancement de l’enquête. Les corps sont découverts, et le lieutenant Vialatte découvre les lieux et les personnages. Le réel début de l’enquête sera pour le tome 2… Le dessin est au départ un peu difficile à appréhender, le trait est fin, détaillé, pas forcément très beau. Et pourtant, une fois habituée, je trouve qu’il correspond totalement au récit de Kris. Les couleurs sont belles, façon aquarelle, elles donnent un aspect suranné à l’ensemble, qui correspond bien à l’ambiance.

Sur un sujet maintes fois vu et revu, Notre mère la guerre offre un point de vue original sur la guerre. C’est un bel album à découvrir !

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs de Choco, Bruit de bulles, Yaneck

Voir le blog du dessinateur Maël.

Un dossier pédagogique (réalisé par Philippe Tombaine) bien fait permet une exploitation de l’album (plus particulièrement de la 1ère et de la 4ème de couverture), c’est à voir sur Calaméo.

Quelques planches à voir sur BDGest.

Publicités

3 réflexions sur “Notre mère la guerre, première complainte

    • caro 23 mai 2011 / 20:28

      C’est vraiment un bon album, original malgré un sujet vu et revu…donc à noter, oui !
      Je découvre ton blog par l’intermédiaire de ton commentaire, et par la même occasion, je me suis inscrite au concours ! J’ai vu beaucoup de couvertures d’albums et de romans qui m’ont plu ou qui
      me tentent, donc je repasserai te voir très vite !! ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s