Persepolis

PERSEPOLIS, par Marjane Satrapi (L’association, coll. Ciboulette, 2007)

https://i0.wp.com/www.decitre.fr/gi/05/9782844142405FS.gifMarjane est une jeune iranienne quand survient la révolution islamique en 1979, qui renverse le shah au pouvoir. Les répressions politiques, culturelles et religieuses sont nombreuses, et changent la vie de la jeune fille, qui doit désormais porter le voile et aller dans une école non-mixte. Sa famille est aisée, cultivée et a l’esprit ouvert. Marjane s’adapte mal à ce nouveau mode de vie, d’autant plus que des membres de sa famille et de ses amis sont emprisonnés, tués, exilés… Pour que leur fille unique puisse grandir loin de cette situation, les parents de Marjane l’envoient vivre en Autriche. Là, elle va côtoyer des gens différents, et connaître différents problèmes (drogue, solitude…) et une histoire d’amour instable. Quatre ans après son départ pour l’occident, devenue majeure, elle choisit de rentrer au pays, reprend des études, se marie… Pourtant ce n’est pas vraiment ce qu’elle cherche…

Voici un album que j’avais déjà lu sans l’avoir chroniqué sur ce blog. Le top BD des blogueurs m’en redonne l’occasion. Je l’ai acheté à Angoulême il y a 2 ans, sur le stand de l’Association, alors que Marjane Satrapi dédicaçait ses albums. Ce qui fait que moi aussi j’ai eu mon petit autographe sur cet album… ^^

Cette intégrale est un pavé de plus de 350 pages, qui regroupe les 4 tomes parus auparavant de façon individuelle de 2001 à 2003. Cette autobiographie longue de 14 années est très bien faite. Elle raconte une tranche d’histoire assez méconnue en occident (la révolution iranienne en 1979, la guerre entre Irak et Iran qui s’ensuivit…), tout en mêlant à cette histoire évènementielle le point de vue d’une jeune fille -et de sa famille-, de l’intérieur. Cela dénonce la bêtise des hommes au pouvoir, l’absurdité de certains comportements, de façon parfois drôle, parfois poignante. Ca sonne toujours très juste en tout cas, et cette alternance dans la façon d’aborder l’histoire permet de rendre le long récit plus digeste. Bien sûr, il faut garder à l’esprit que c’est une certaine vision des choses d’une jeune fille issue d’un milieu aisé et cultivé.

Le dessin est reconnaissable : tout en noir et blanc sans nuance de gris, le trait est simple mais efficace. Pas de fioritures, assez peu de décors, et les personnages restent reconnaissables. On a pas mal de textes, ce qui suppose une certaine concentration pour tenter de tout comprendre et de suivre l’histoire… Un récit à ne pas manquer, riche et incontournable !

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Morphée, Yaneck, Caro (une autre !), Liyah. Une élève de 3ème a aussi analysé l’album lu dans le cadre d’une lecture cursive et c’est à voir ici.

Pour en savoir plus sur l’histoire de l’Iran moderne, consulter la page sur Radio-Canada et la chronologie très détaillée sur le Monde Diplomatique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s