De l’autre côté

DE L’AUTRE CÔTÉ, par Simon Schwartz (Sarbacane, 2011)

https://i1.wp.com/media.leslibraires.fr/media/attachments/large/5/9/0/001009590.jpgRécit autobiographique de l’auteur et de ses parents, vivant en RDA dans les années 1970 et 1980 et ayant choisi de quitter le régime communiste pour aller à l’ouest. Le chemin va être difficile. D’origines sociales différentes, ils ont tous deux mené des études, et ont eu plus de moins de contacts avec l’ouest. Sa mère rêvait même d’épouser Mick Jagger ! Son père était enseignant à l’université d’Erfurt. Dans un monde qui se transforme, leur choix de quitter la RDA étant pris, ils vont devoir affronter leurs parents, certains convaincus du bien fondé du régime de la RDA et farouchement opposés à leur décision. Ils vont aussi devoir persévérer pour obtenir l’autorisation de sortie du territoire, affronter la surveillance de la police politique (la stasi), les arrestations des amis… et une fois le mur traversé, ne jamais revenir en arrière… Simon ne connaîtra toute sa famille restée à l’est qu’à la chute du mur, en 1989.

Voici un récit d’un jeune auteur allemand, né en 1982 en RDA. Il effectue beaucoup d’allers-retours chronologiques dans son récit, pour ne pas retracer de façon linéaire l’histoire de ses parents, dans la RDA des années 70 et 80. Le récit commence en 1987 à l’ouest pour revenir aux origines des parents à l’est, puis revient dans les années 80. C’est un peu difficile à suivre au départ, mais finalement on s’y repère assez vite, grâce à la présence ou non de Simon. LE sujet choisi est finalement un thème universel, car d’autres familles ont quitté le régime communiste dans ces années-là, après le plus souvent une longue bataille administrative.

Le dessin est assez simple, les personnages sont bien reconnaissables. C’est un album très abordable. Seule la couverture est colorée, les 108 pages de l’album sont dans les tons noir, blanc et gris décliné du plus foncé au plus clair. L’espace entre les cases (le plus souvent 4 par page) est noir, ce qui renforce le côté sombre de l’histoire. Cela donne plus de relief aux nombreux gris également. De l’autre côté est un bon album sur cette période troublée du XXème siècle, mais qui aurait mérité d’être plus longuement exposée. Ce n’est pas que le récit ait été trop court, mais j’ai été un peu sur ma faim avec la fin de l’histoire. En tout cas, Simon Schwartz rend un bel hommage à ses parents à travers cet album plein d’émotion, qui mêle histoire politique et histoire familiale.

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Les routes de l’imaginaire, Le blog de mimi, Tortoise, BDgest.

L’auteur a son site personnel, en allemand et en anglais. Une planche extraite de l’album sur Bedetheque.

Publicités

Une réflexion sur “De l’autre côté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s