BD historique, BD sport

L’aigle sans orteils

L’AIGLE SANS ORTEILS, par Christian Lax (Dupuis, coll. Aire libre, 2005)

https://i1.wp.com/media.leslibraires.fr/media/attachments/large/1/6/8/000793168.jpg1907, Amédée Fario est un des conscrits qui montent des caisses de matériel pour la construction de l’observatoire du Pic du Midi, dans les Pyrénées. En haut, il rencontre un astronome, Camille Peyroulet, qui se passionne pour le Tour de France dont c’est l’une des premières éditions. Au fil du temps, une amitié se noue entre les deux hommes, et Amédée continue à lui rendre visite une fois son service militaire terminé. Grâce à Camille, Amédée se passionne pour le cyclisme et se donne comme objectif de participer un jour au Tour de France. Pour cela, il doit s’acheter son vélo et donc économiser. Il trouve alors un travail de porteur dans les montagnes. Un soir, il ne parvient pas à rentrer dans la vallée et s’abrite dans un abri, mais ses orteils gèlent et le médecin est obligé de l’amputer. Camille va alors l’aider en lui fabriquant des prothèses, et Amédée va pouvoir se consacrer de plus en plus à la course entre 1912 et 1914, sans que sa particularité soit découverte…

L’aigle sans orteils est un one-shot impressionnant. C’est l’album qui précéde chronologiquement le diptyque Pain d’Alouette. Pour tout dire, j’ai adoré. L’histoire est très prenante, très bien racontée, sans temps morts. Les couleurs sont très belles, elles ressemblent parfois à celles des vieilles photos jaunies. Le trait n’est pas le même que dans Pain d’Alouette, il est un peu moins précis je trouve, mais il n’en est pas pour autant désagréable, au contraire, il correspond à l’ambiance. On suit avec plaisir la biographie de cet homme qui n’a vraiment pas eu de chance, l’album est même trop court ! L’atmosphère qui se dégage de L’aigle sans orteils est vraiment attachante et on ferme à regret cet album, qui n’intéressera pas seulement ceux qui se passionnent pour le sport, mais aussi tous ceux qui aiment les aventures humaines. Mon coup de coeur du moment !

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Croqlivres, Penn Ar Bed, Je vous pose la question, BDBlog. On en parle aussi dans la revue des BCD et des CDI, Argos.

Cet album a reçu le prix château de Cheverny au festival des Rendez-vous de l’histoire à Blois (41) en 2005.

4 réflexions au sujet de “L’aigle sans orteils”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s