Romans jeunesse

Ne t’inquiète pas pour moi

NE T’INQUIÈTE PAS POUR MOI, par Alice Kuipers (Le livre de poche, 2011)

Claire voit rarement sa mère, médecin dans une maternité. Elles communiquent via des post-it collés sur le frigo de la cuisine. On lit donc leur correspondance rapide, limitée par l’espace de chaque petit carré jaune. Cela va du plus futile au plus sérieux, de la liste des courses ou des tâches ménagères à effectuer à la réflexion sur la maladie qui touche la mère de famille. En effet, celle-ci apprend un jour qu’elle a un cancer, et entame un traitement. Pendant ce temps, la jeune fille vit sa vie de lycéenne, tombe amoureuse et connaît ses premières déceptions…

Voici un roman long de 242 pages, mais en fait qui se lit très vite. En effet, il y a un post-it par page, et parfois ils sont très courts (quelques lignes au début, un peu plus longs sur la fin). On tourne donc les pages très très vite. Le récit a une forme assez originale, car il contient finalement beaucoup d’ellipses temporelles. On n’a que les transcriptions des post-it et il faut donc parfois imaginer ce qui se passe entre deux petits mots, car on n’a pas toutes les informations. Cela donne une forme originale au roman, mais j’ai quand même trouvé ça trop léger : j’ai eu tendance à passer d’une page à l’autre sans forcément prendre le temps de réfléchir à ce qui se passe entre chaque post-it. La fin est rapide, elle arrive brusquement, sans qu’on s’y attende réellement. C’est assez étrange finalement comme roman, pour moi ça ne creuse pas assez sur les relations familiales, la maladie… Ne t’inquiète pas pour moi ne m’a pas spécialement marqué, de par son style trop léger à mon goût, mais il est à conseiller aux élèves faibles lecteurs, qui trouveront sûrement la forme intéressante.

A partir de 14 ans selon Ricochet, 13 ans pour Lirado.

Des avis sur la toile : C comme chez L, Noukette, Lirado

6 réflexions au sujet de “Ne t’inquiète pas pour moi”

  1. J’avais repéré ce livre à sa parution, et finalement je ne l’ai pas acheté pour le collège. Je pense qd même le noter pour ma prochaine commande !
    L’idée des post-it me parait originale !

    J’aime

    1. Dans la version poche, les post-it ne sont pas représentés, mais c’est un post-it par page, avec la typographie classique aux livres de poche. Dans la première version du livre, je crois qu’il y
      a la forme des post-it, et que l’écriture fait plus manuscrite… A vérifier.

      Je pense que ça plaira aux filles… !

      J’aime

  2. Moi j’ai aimé, et même si les post it ne vont pas au fond des choses, j’ai eu la sensation qu’ils permettaient de montrer que, dans cette situation, la communication et l’échange peuvent être très
    difficile. J’ai été très touchée par ce roman, car justement, les ellipses suggèrent beaucoup (enfin, j’ai eu cette impression).

    J’aime

    1. Je n’ai pas dit que je n’ai pas été touchée par ce roman, mais moi justement j’ai été un peu gênée par les nombreuses ellipses, j’aime bien quand on me raconte l’histoire en entier et pas
      seulement par bribes… (mais ça c’est moi ! ^^)

      J’aime

  3. J’ai enfin lu ce roman, acheté pour le CDI. *
    Je mettrais un article sur mon blog, mais qqs impressions de suite :
    J’ai l’édition Albin Michel, mais pas de dessin de post-it et pas d’écriture manuscrite.
    J’ai trouvé ce roman triste et trop d’ellipses pour moi aussi.

    J’aime

    1. J’avais lu l’édition de poche, la mise en page était plus que basique, je pensais qu’elle était mieux dans l’édition d’origine…
      En tout cas, ça devrait plaire aux élèves, j’espère !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s