iBoy

IBOY, par Kevin Brooks (De la Martinière Jeunesse, coll. Fiction J, 2011)

Tom a 16 ans et vit à Londres avec sa grand-mère, dans un quartier à la mauvaise réputation, Crow Town, composé de tours très hautes. Un jour en rentrant du lycée, au pied de sa tour, il entend son nom, lève la tête et n’a pas le temps de réaliser qu’un objet lui tombe dessus. En fait, un iPhone vient de le percuter en pleine tête… Après 17 jours de coma, il se réveille à l’hôpital. Au fil du temps, des changements apparaissent chez le jeune homme. Il est directement connecté à internet, peut effectuer n’importe quelle recherche, capter n’importe quel signal téléphonique, envoyer des SMS, des photos, des vidéos… Bref, il a désormais une super machine dans la tête… Il découvre même qu’il a une iPeau : sa peau devient brillante et permet d’envoyer des chocs électriques paralysants, c’est une sorte de super-armure magnétique. Lucy, son amie dont il est secrètement amoureux a été agressée par une bande des Crows, un des deux gangs qui font des ravages dans le quartier, alors qu’il se prenait le téléphone sur le crâne. Tom décide alors de la venger, et a parfois des difficultés à distinguer le bien du mal. D’autant plus qu’une correspondance virtuelle va s’engager entre iBoy et Lucy…

Voici un roman récent pour ados, sur un sujet complètement actuel. Ce roman est haletant, fort bien écrit. Il contient un peu de sentimental (l’histoire entre Lucy et Tom), mais aussi une réflexion intéressante sur le bien et le mal, et le pouvoir. La fin est inattendue et contient de nombreux rebondissements. C’est à la fois futuriste et réaliste, la situation étant impossible, mais iBoy contenant de nombreux éléments réels (facebook, google, spiderman…), qui le raccrochent à la réalité du XXIème siècle. Le chapitrage est original, en code binaire (1, 11, 100, 110, 111…) et commence toujours par des citations diverses (issues de sites web, de livres, de citations de personnages célèbres comme Aristote…)

Je n’ai pas aimé deux ou trois pages dans le roman, ce sont celles où l’appareil est décrit techniquement, car j’ai trouvé que cela faisait trop pub pour l’appareil de la marque à la pomme, mais sinon, le suspense va croissant, et il est vraiment difficile de lâcher l’ouvrage avant de l’avoir terminé.

A part cet inconvénient, iBoy est vraiment une très bonne découverte pour moi, car je ne pensais pas que j’accrocherais à ce roman fantastique… La couverture est originale, je trouve, et intrigante. Les élèves qui l’ont déjà lu ont bien accroché, je ne suis pas mécontente de cet achat, même s’il risque d’être périmé dans quelques années, lorsque les références du roman ne seront plus d’actualité…

A partir de 14 ans selon Ricochet, car cela nécessite tout de même un bon niveau de lecture.

On en parle sur les blogs : MaxoO, The coffee book, Fantasy jeunesse, Eskaworld.

Il existe aussi le blog officiel du roman, à découvrir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s