BD jeunesse, BD polar

Les quatre de Baker Street, tome 2 : le dossier Raboukine

LES QUATRE DE BAKER STREET, tome 2 : LE DOSSIER RABOUKINE, par Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand (scénario) et David Etien (dessin et couleurs), (Vents d’ouest, 2010)

https://i0.wp.com/media.leslibraires.fr/media/attachments/large/6/1/0/000671610.jpgSuite du tome 1. Londres, 1890. Jack l’éventreur serait de retour, des filles de joie sont retrouvées assassinées dans les rues de la capitale anglaise. Les apprentis détectives vivent dans l’East End. Sherlock Holmes est envoyé quant à lui à Vienne à la recherche d’un Stradivarius. Pendant ce temps-là, à Londres, une guerre oppose la police secrète du tsar de Russie (l’Okhrana) à des révolutionnaires russes exilés dans la capitale britannique. Les jeunes détectives rencontrent devant le domicile du célèbre détective Katia, jeune révolutionnaire, et après leur rencontre avec le groupe d’exilés, découvrent qu’il y a un traître parmi eux…

Voici un album que j’ai trouvé dense, et qui m’a paru plus long qu’il n’est en réalité (56 pages seulement). Le trait est fin et anime facilement l’album. Il y a beaucoup d’action dans cet album qui mêle les aventures des adultes et celles des enfants (qui vont résoudre l’énigme), quelques scènes d’explosion, de combat ou de torture, mais rien de spécialement ensanglanté non plus. Il y a pas mal de textes dans cet album, le sujet est en plus assez complexe, bref ce n’est pas spécialement facile à lire, je pense. Le contexte est assez peu explicite, mais on n’en a finalement pas besoin pour comprendre l’intrigue. Cependant, j’aurais aimé en savoir plus sur l’Okhrana, et pourquoi les révolutionnaires russes se sont exilés… Une explication en fin d’album n’aurait peut-être pas été inutile…

Malgré ces quelques remarques, j’ai aimé lire ce tome 2, car l’intrigue est bien menée, comme dans un roman policier. L’album est un bel objet, de grand format et avec des couleurs bien travaillées et profondes, qui contribuent à la beauté de l’album. La distribution des cases est dynamique et contrebalance le récit parfois complexe. Il y a des références au tome 1 (Charlie/Charlotte par exemple), donc il n’est peut-être pas inutile de relire le premier tome avant de se lancer dans celui-ci, mais ce n’est pas pour autant obligatoire pour comprendre cette nouvelle histoire. A noter enfin qu’un tome 3 est sorti en fin d’année dernière.

A partir de 13 ans selon l@BD, comme pour le premier tome.

On en parle sur les blogs : Chroniques de l’invisible, Raison et sentiments, SambaBD, La lucarne à Luneau.

Lire les 10 premières pages de l’album sur le site de l’éditeur.

4 réflexions au sujet de “Les quatre de Baker Street, tome 2 : le dossier Raboukine”

  1. C’est marrant, PG Luneau vient de publier un billet sur le même album.
    Moi, je suis carrément conquis par cette série. Pour moi, c’est du très bon dans la bd jeunesse. Y’a Seuls, y’a Lou!, y’a les 4 de Baker Street, pour moi, en ce moment.

    J’aime

    1. Ce n’était pas fait exprès !!
      C’est clair que c’est une bonne série, de la bonne qualité. Seuls, j’ai un peu plus de mal, je trouve ça trop artificiel. Les 4 de bakerstreet et Lou !, c’est bien plus travaillé je trouve, je
      prends plus de plaisir avec les dessins.

      J’aime

    1. Effectivement, les grands esprits se rencontrent, comme on dit ! ^^
      Je viens d’ajouter le lien vers ton article sur ma chronique. et si j’ai mis ton blog dans mes favoris, c’est parce que j’aime bien aller le consulter… Comme quoi entre Québec et France, on
      peut parfois lire (et apprécier) les mêmes albums… ^^

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s