Les années douces, tome 2

LES ANNÉES DOUCES, tome 2, par Jirô Taniguchi et Hiromi Kawakami (Casterman, coll. Ecritures, 2011)

https://i2.wp.com/static.decitre.fr/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/2/0/3/0/9782203034266FS.gifSuite du tome 1. Tsukiko et le maître se rencontrent toujours, souvent le soir, mais plus forcément dans le café habituel. Leur rituel est bien établi, chacun paie ses consommations et le maître ne sert jamais Tsukiko. Maintenant, ils se retrouvent dans des lieux en extérieur. Il l’emmène dans un pachinko, sorte de salon de jeu, il l’invite dans une île quasi-déserte, où son épouse est enterrée. C’est là dans cet univers confiné qu’apparaissent véritablement les premiers rapprochements entre les deux personnes. Comme pour le tome 1, l’histoire se passe extrêmement lentement, trop pour moi. Mais au moins ça change du premier volume, car les lieux sont différents et on ne parle pas toujours de nourriture (c’est vraiment ce qui m’avait déplu dans le tome 1). On en découvre plus sur l’histoire du maître et de sa femme (qui avait l’air assez spéciale dans son genre !), et cela répond aux questionnements qui avaient pu apparaître depuis le début de l’histoire. Un chapitre précipite les choses, lorsque les deux adultes se rapprochent de plus en plus… Cela contraste avec la lenteur des chapitres précédents, et c’est assez surprenant.

L’histoire se déroule sur plusieurs années, 3 ans exactement, et on ne l’apprend qu’à la fin, avec le cadeau que le maître laisse à Tsukiko, son cartable. La fin est assez triste, mais en même temps, on s’y attendait un peu. Par contre, je n’ai pas trop compris les tout derniers chapitres, avec le personnage imaginaire dessiné étrangement (est-ce du fantastique avec ce retour à l’enfance ?), mais c’est peut-être que je n’en pouvais plus de cet album que je ne me voyais pas lâcher avant la fin, par respect pour les dessins toujours aussi travaillés… Pour conclure, si vous voulez découvrir les oeuvres de Taniguchi, ne commencez pas par cette histoire…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs: SambaBD, Bibliosouppes, Vent d’est, vent d’ouest.

Quelques planches à voir sur le site de l’éditeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s