J’me sens pas belle

J’ME SENS PAS BELLE, par Gilles Abier (Actes sud junior, 2011)

Sabine est une étudiante de 20 ans qui ne se plaît pas et ne voit pas ce qui pourrait plaire à un homme. Un jour, elle rencontre par hasard dans un magasin un jeune homme dont elle tombe amoureuse. Lui est afghan, se prénomme Ajmal et est sans-papiers. Ils vont apprendre à se connaître en anglais, vite aménager ensemble dans l’atelier du père de Sabine reconverti en studio douillet, mais leur belle histoire d’amour va rapidement s’écrouler le jour où Ajmal est dénoncé. Commence alors la bataille judiciaire et administrative pour que le sans-papiers soit libéré et obtienne un statut de réfugié. Mais l’administration française n’est pas simple…

Voici un court roman (144 pages) qu’une de mes collègues m’a prêté récemment, il avait été placé dans une présélection pour un prix littéraire jeunesse et ne l’ayant pas aimé du tout, elle l’a bien vite écarté. Et bien, pour l’avoir lu à mon tour, je crois comprendre pourquoi. En effet, le résumé que j’ai fait ci-dessus occulte une part du roman, dans laquelle la jeune héroïne expose ses premières fois avec les hommes (dont la première avec l’employé de son père, boucher). Ceci n’apporte rien du tout à l’histoire, et à mon sens ne convient pas pour un prix littéraire destiné aux collégiens. L’héroïne est bien plus âgée, et donc ce récit, qui relate une histoire amoureuse doublée des méandres de l’administration française, n’intéressera pas forcément les ados qui ne sont pas confrontés à la situation des sans-papiers.

Pour tout dire, je n’ai pas spécialement aimé cette lecture, à cause des passages sur la vie sexuelle de Sabine qui n’apportent absolument rien à l’histoire, mais sinon, le sujet principal de l’histoire, c’est-à-dire les sans-papiers était intéressant, je n’ai pas donc pas détesté non plus. Dommage qu’on n’ait que le point de vue de Sabine la française, et pas celui de l’afghan… Malgré les quelques défauts relevés, ce roman mérite tout de même un bon coup d’oeil.

A partir de 14 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Les jardins d’Hélène, Les riches heures de Fantasia, chez Gaëlle la libraire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s