Le complot de Ferney-Voltaire

LE COMPLOT DE FERNEY-VOLTAIRE, par Pierre Makyo, Frédéric Richaud (scénario) et Didier Pagot (Glénat / Editions du Patrimoine – centre des monuments nationaux, 2012)

1760, le roman « Candide ou l’optimisme » paraît et provoque un scandale dans les cercles littéraires parisiens. Le texte n’est pas signé, et les Rohan pensent qu’il s’agit là d’une nouvelle provocation de l’ennemi de la famille, Voltaire, philosophe libre penseur. Le père mourant fait promettre à son fils de démasquer Voltaire et de prouver qu’il est bien l’auteur de ce texte cynique et pervers, pour que cet énergumène arrête de corrompre l’esprit du  siècle. Charles de Rohan se met alors en route : il rencontre Jean-Jacques Rousseau, ennemi de Voltaire, mais ne parvient pas à le convaincre de l’aider à démasquer l’auteur de Candide. Il se lance alors à la poursuite de trois usurpateurs qui passent chacun pour l’auteur du texte condamné, en en faisant des lectures dans les cercles littéraires. Petit à petit, il remonte la trace du véritable auteur…

Voici un album original par son scénario. Aborder Voltaire dans une BD (je ne sais pas s’il s’agit d’une commande du centre des musées nationaux ou non), ce n’est pas chose aisée. L’aborder avec une intrigue qui tienne la route, tout en y incluant des éléments historiques réels et d’illustres personnages, relève de la gageure. Le dessin quant à lui est beaucoup moins original : je l’ai trouvé au départ assez chargé, les traits sont assez marqués, les couleurs sont assez lourdes, par contre, il est assez dynamique tout de même. L’aspect graphique ne fait pas très moderne, mais au-delà de cette légère gêne, cet album se lit bien, car on connaît tous la fin (on sait que Voltaire est bien l’auteur de Candide), donc la question qu’on se pose est : comment va-t-il être démasqué et quel sort va-t-il subir ? Cet album donne au final envie de relire du Voltaire et de se renseigner un peu plus sur sa vie. L’image qui est donnée de lui dans cet album n’est pas très flatteuse : il trompe son monde en envoyant des courriers signés d’un autre nom; dans son fief de Ferney, il fait déplacer l’église du village sur le simple motif qu’elle bouche sa vue… Il paraît donc assez imbu de lui-même, et assez peu soucieux du sort de ses compagnons. Un bon album donc, qui prouve que BD, littérature et histoire peuvent faire bon ménage.

Non référencé sur l@BD, je dirais à partir de 15 ans.

On en parle sur les blogs : Lire en tout genre, Games geeks and music, Ligne claire.

Le début de l’album est à lire sur le site de l’éditeur.

Voir le catalogue des éditions du patrimoine, les éditions du centre des monuments nationaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s