New-York en pyjamarama

NEW-YORK EN PYJAMARAMA, par Michaël Leblond et Frédérique Bertrand (Rouergue, 2011)

Un petit garçon s’endort et rêve qu’il est à New-York… Il va vivre une fabuleuse aventure dans la ville qui ne dort jamais : tout s’anime !

Dès que j’ai vu cet album en bibliothèque, j’ai sauté dessus ! Je l’avais repéré dans un salon de littérature jeunesse et j’avais trouvé le concept très original. Pourtant, d’extérieur, l’album n’a rien de particulier : la couverture est assez terne même, une couleur unique, sur du carton assez basique. Mais à l’intérieur quelle surprise ! Il faut faire bouger la feuille magique (un transparent rayé) pour voir le dessin bouger. C’est très bien fait et ça a un petit esprit désuet charmant. L’album utilise la technique de l’ombro-cinéma, selon laquelle il faut bouger la feuille transparente pour voir s’animer la page : ainsi les roues tournent, les voitures avancent sur les routes, les lumières s’animent, les feuilles des arbres des parcs bougent : bref tout New-York qui vit sous ses yeux. C’est impressionnant comme système, et ça permet vraiment de faire vivre l’histoire. Pour tester, voir la vidéo à la fin de cet article.

Le dessin autre que les éléments qui bougent est assez simple : les traits sont droits, assez secs. Le petit garçon en pyjama rayé fait presque découpé et rajouté certaines doubles pages, de même pour certains objets (les autos, les panneaux directionnels). Ce côté bricolé donne un charme certain à cet album de grand format. Autre originalité : l’album se lit dans un sens original : il faut tourner le livre à 90 °, pour avoir la page gauche en haut et la page droite en bas. Mais c’est facile à faire, car le texte est aussi écrit dans ce sens, donc il suffit de suivre le récit. A propos du récit justement, il est simple, car c’est le petit garçon en pyjama qui raconte, donc utilise un vocabulaire basique et descriptif.

Petit bémol, c’est tout de même un objet fragile, la couverture est très souple et il ne faut pas abîmer ou perdre la feuille sans laquelle la magie de l’histoire ne fonctionne plus. A ne pas mettre donc dans les mains des plus petits sans accompagnement…

A partir de 3 ans selon Ricochet.

On en parle sur le Net : La soupe de l’espace, Dada la revue d’art, la littérature jeunesse de Judith et Sophie, l’accoudoir

La page Facebook du monde en pyjamarama.

Publicités

2 réflexions sur “New-York en pyjamarama

  1. Nota bene 26 septembre 2013 / 20:54

    Je l’avais conseillé dès sa sortie à mon ancienne collègue prof d’anglais et maman de petits bouts d’chou. Elle s’était empressée de l’acheter ! ^^

    J'aime

    • caro 26 septembre 2013 / 22:59

      Et quelle avait été la réaction de ses enfants ? Ça leur avait plu je suppose ?
      Je me demande quand même si ça n’amuse pas plus les adultes que les enfants ce genre de livre… 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s