Le loup qui mangeait n’importe quoi

LE LOUP QUI MANGEAIT N’IMPORTE QUOI, par Christophe Donner et Manu Larcenet (Mango jeunesse, 2013)

En plein hiver, près du bois de Saint Cloud, un loup a très faim. Alors il est capable de dévorer n’importe quoi, quitte à manger les symptômes de ses victimes : une brebis qui a des problèmes de renvois gastriques, un cochon qui pète, un petit garçon qui mange ses crottes de nez, des jumelles qui se rongent les ongles et se tortillent les cheveux… Ce loup est vraiment trop gourmand ! Mais une fois qu’ils est atteint des maux de ses victimes et ne peut plus les supporter, il va chercher à se venger. Mais chez qui ?

Voici un album qui a fait du bruit à sa sortie en septembre dernier. En effet, ses auteurs sont connus : Christophe Donner le scénariste, a fait de nombreuses histoires à l’Ecole des Loisirs, et Manu Larcenet est un auteur de BD (re)connues, comme Le combat ordinaire, Blast, Le retour à la terre… Et donc sur la blogosphère, on en a pas mal parlé. Alors quand j’ai vu cet album en bibliothèque, ni une ni deux, il était dans mon sac !! Cet album est de très grand format (difficile à ranger dans une étagère), et fut une très bonne lecture pour moi, qui m’a fait passer un bon petit moment. Chose qui m’arrive très rarement : je l’ai lu à voix haute. En effet, il y a tout un jeu autour de la langue : des alexandrins et des rimes bien trouvées. L’histoire est assez classique avec son héros le loup, mais comporte une bonne dose d’humour. Les rencontres avec les victimes sont cocasses, car les victimes sont particulières avec leur caractéristique. J’ai aimé le texte empreint d’une certaine poésie, mais ai regretté qu’il y ait du vocabulaire compliqué (alors pour les jeunes lecteurs, ça doit être encore plus complexe à comprendre, je pense car je n’ai pas testé avec des enfants). Au niveau du dessin, on reconnaît sans peine le trait de Manu Larcenet. Comme d’habitude, il est agréable, et alterne les pleines pages et les dessins plus petits. Parfois avec la disposition, j’ai trouvé que ça ressemblait à de la BD (3 cases, bien que non-marquées, en une page), et je me suis dit que cet album pouvait être une première approche des jeunes lecteurs envers la bande dessinée… Bref, un bon album jeunesse, qui mêle dessins de qualité (avec une préférence tout de même pour les petits oiseaux disséminés dans les pages) et texte bien écrit. La fin est en plus très drôle ! A conseiller à tous !

A partir de 5 ans selon Ricochet.

On en parle (en positif ou pas, d’ailleurs) sur les blogs : Soupe de l’espace, La bibliothèque de Noukette, D’une berge à l’autre, Sans connivence, Les jardins d’Hélène

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s