BD aventure, BD historique, BD jeunesse

La balade de Yaya, intégrale 1-3

LA BALADE DE YAYA, INTEGRALE 1-3, par Jean-Marie Omont et Golo Zhao (Les éditions Fei, 2012)

Fille d’un riche commerçant chinois, Yaya vit à Shanghai en 1937, avec son père, sa mère enceinte et sa servante. Elle est virtuose au piano et s’apprête à passer bientôt un examen de piano. Mais la guerre qui s’annonce contre le Japon va contrarier ses projets. Ses parents fuient les combats en prenant un bateau pour Hong-Kong, mais Yaya, déterminée à se rendre à son école de musique pour son audition, passe outre les recommandations de son père et se rend à son école, alors que l’armée commence à envahir les rues et que les combats se déroulent dans la ville. Suite à l’explosion du bâtiment, la petite fille est sauvée par Tuduo, un garçon de son âge, acrobate exploité par Zhu, un homme sans scrupules. Tuduo et Yaya, aidés de Pipo l’oiseau qui parle, vont tout faire pour retrouver les parents de celle-ci à Hong-Kong, mais Zhu les poursuit…

Voici un album qui regroupe les trois premiers volumes des aventures de Yaya (sur un total de 9 volumes). Il s’agit d’un grand format, contrairement aux tomes édités à l’unité en format A5. L’album est particulièrement bien fait, la couverture jolie et le papier agréable au toucher. Une première bonne impression, confirmée par la lecture de cette histoire de deux enfants pris en pleine guerre. Leur histoire est touchante, et le fait qu’ils soient tous les deux issus de milieux sociaux complètement opposés est finalement une richesse, car ils se complètent bien. Yaya vivait dans un monde doré et n’était pas capable de faire des choses toute seule, alors que Tuduo est au contraire très autonome et plein de ressources. Il y a aussi un petit côté fantastique intéressant, avec l’oiseau de Yaya qui ne parle qu’avec les enfants. Yaya aurait, semble-t-il un pouvoir magique qui lui permettrait de communiquer avec des animaux, mais l’auteur ne s’attarde pas dessus, et ce dialogue entre fillette et oiseau semble presque normal ! Cet album contient en outre des valeurs morales positives, que j’ai particulièrement appréciées. Le dessin est quant à lui particulier et magnifique : il a des airs de dessins animés de Miyazaki. On croirait presque que les personnages s’animent sous le trait de Golo Zhao, les personnages sont expressifs mais sans exagération, les couleurs sont assez pastels, très agréables à la lecture. Les décors ne sont pas oubliés, et l’auteur détaille particulièrement les bâtiments lorsqu’il en dessine. Sinon, il y a beaucoup de cases où les deux jeunes héros sont dessinés en gros plan, et on se sent donc proches d’eux et on ne leur souhaite que de s’éloigner de la zone de guerre pour retrouver les parents de Yaya… Mais ça, ce sera pour la prochaine intégrale…

Non répertorié par l@BD, mais à partir de 8 ou 9 ans selon certains sites.

On en parle sur les blogs : Littérature a blog, Des romans entre deux mondes, Entre les pages

Les premières pages du tome 1 à lire sur Izneo.

2 réflexions au sujet de “La balade de Yaya, intégrale 1-3”

  1. J’ai moi aussi beaucoup aimé cette petite BD que j’ai découverte par hasard sur les étagères de mon CDI (je suis aussi prof-doc)
    Je trouve les dessins vraiment magnifiques

    J'aime

    1. Chouette, une collègue !! ^^ Je vais de ce pas aller voir ton blog !

      Pour Yaya, j’ai lu l’intégrale 1 (qui regroupe les volumes 1 à 3) et c’est du grand format, pour le coup… Les dessins sont effectivement magnifiques, on croirait presque les voir bouger !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s