Holmes, livre 1 : l’adieu à Baker Street

HOLMES, livre 1: L’ADIEU A BAKER STREET, par Luc Brunschwig et Cecil (Futuropolis, 2008)

1891. Le célèbre détective Sherlock Holmes vient de mourir, en se jetant du haut des chutes de Reichenbach, entraînant avec lui son ennemi le professeur Moriarty. Tout le monde est attristé par cet accident dont personne n’a été témoin. C’est grâce à la lettre écrite par Holmes et retrouvée sur place par son ami le docteur Watson que la thèse du sacrifice du détective s’est présentée. Mais pour son frère Mycroft, qui hérite de tous ses biens, la mort de Sherlock n’est pas celle-ci : à la fin de sa vie, le détective serait devenu accro à la cocaïne, et aurait perdu la raison. Il se serait donc suicidé, seul, dans un moment de conscience. Le professeur Moriarty ne serait qu’une invention pour justifier sa mort. Mycroft décide donc de brûler les documents produits par son frère dans les dernières années de sa vie, pour cacher cet épisode de folie au public, avide des enquêtes de Holmes. La version de Mycroft fait douter Watson : connaissait-il vraiment son ami ?

Voici un album choisi pour son scénariste, dont je sais que Yaneck est particulièrement fan. Je n’ai, je crois, jamais lu d’histoire de Luc Brunschwig, et comme j’aime bien découvrir des choses différentes, je me suis dit pourquoi pas ? Et bien, je ne suis pas déçue. Enfin, si un peu quand même : l’album est trop court. 32 pages seulement, pour donner envie de lire la suite, certes, mais c’est vraiment peu à se mettre sous la dent. L’histoire est très dense, on sent que le scénario recèle plein d’éléments, mais je crois que mon manque de culture sur le personnage de Sherlock Holmes est à l’origine de certaines de mes incompréhensions. Je dois avouer que je n’ai jamais lu une aventure du détective (sauf peut-être le chien des Baskerville au collège, mais je n’en ai aucun souvenir). A un moment dans l’album apparaît le personnage de Conan Doyle, je n’ai pas trop compris ce qu’il faisait là. A la fin des 32 pages, des explications sont apportées et la biographie de Conan Doyle éclaire le personnage de Sherlock Holmes. On y apprend que Conan Doyle a écrit les aventures de son personnage en deux phases, qu’il l’a tué en 1893 (fin de la première phase) car il avait trop de succès (le personnage prenant le pas sur l’écrivain) et que quelques années plus tard en 1901, il a écrit d’autres nouvelles, suite aux demandes des « fans ». J’ai trouvé que ces pages documentaires étaient très intéressantes pour ceux qui comme moi sont novices avec le personnage et son auteur. Au niveau du dessin, je ne connaissais pas le trait de Cécil, et j’ai été charmée. Les dessins sont magnifiques, l’Angleterre de la fin du XIXème siècle est parfaitement retranscrite, l’ambiance victorienne est particulièrement bien rendue. Les couleurs sont très travaillées, avec de jolis dégradés bleu gris. J’ai particulièrement aimé les portraits, qui ressembleraient presque à des photos. Par contre, j’ai eu un peu de mal à déchiffrer la typographie parfois. J’ai trouvé certaines écritures manuscrites assez illisibles, même si ça permet de faire comprendre au lecteur qui parle. Ce changement de typo m’a un peu dérangée dans ma lecture, mais ce n’est pas grand-chose. J’ai tout de même apprécié cette lecture, dont la couverture ne m’attirait pas plus que cela au premier abord.

Avec un scénario si riche, et des dessins si précis et si méticuleux, il ne faut pas s’étonner que les auteurs mettent beaucoup de temps à produire chaque tome. En effet, depuis 2006 (1ère édition de cet album), seuls deux autres volumes sont sortis pour cette série qui devrait en compter 9… Bref, il va falloir prendre son mal en patience… Il me reste encore les tomes 2 et 3 à lire, ouf !

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Chroniques de l’invisible (Yaneck), Littexpress, Les lectures de Léo, Le jardin de Natiora, Dans la bibliothèque de Cléanthe

Les premières pages à lire sur Iznéo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s