Le train des orphelins, tome 2 : Harvey

LE TRAIN DES ORPHELINS, tome 2 : HARVEY, par Philippe Charlot (scénario) et Xavier Fourquemin (dessin) (Bamboo, 2012, coll. Grand angle)

Suite du tome 1. 70 ans après son adoption, Harvey a quitté sa ferme du Kansas pour New-York. Il recherche auprès des archives de la ville des informations sur son frère Jim et sa sœur Anna, adoptés lors du voyage du train des orphelins vers l’ouest. Mais en fait, le vieux Harvey n’est pas le Harvey des années 1920. Il s’agit en réalité de Jim, auquel Harvey, prêt à tout pour être adopté par une riche famille, a usurpé l’identité. Grâce à l’aide de Bianca, une femme de ménage des archives de New-York, Jim/Harvey va retrouver celui qui lui a volé sa vie et sa sœur : il est devenu un célèbre avocat réputé, et lorsqu’Anna lui ouvre la porte, Jim/Harvey la reconnaît de suite mais n’ose lui dire la vérité… La rencontre entre les deux hommes va faire ressortir l’histoire vieille de 70 ans, dans laquelle le vrai Jim a tout perdu, et le faux Jim va s’avérer toujours autant orgueilleux…

Fin du premier cycle avec cet album, qui fait quelque peu froid dans le dos : le vrai Jim est un homme usé, qui a passé toute sa vie dans une ferme du Kansas. Sans famille et illettré, il parvient à cacher ce handicap aux autres, mais c’est sa rencontre déterminante avec Bianca qui va le persuader de ne pas lâcher prise et de retrouver son frère Joey et sa sœur Anna. On sent que Jim/Harvey est un homme fragile psychologiquement, que personne ne lui a jamais fait confiance, que personne n’a jamais pris le temps de l’écouter pendant toute sa vie. C’est un personnage très touchant, que j’ai aimé suivre pendant tout cet album. Le dessin est toujours aussi agréable, correspondant aux deux époques de l’histoire. Il est un brin jeunesse, mais plaira aussi certainement aux plus grands. Les couleurs ne sont pas agressives, et donnent un certain cachet à l’histoire. Au niveau de la construction du scénario, c’est très bien fait : il y a une alternance entre les scènes de 1990 et celles de 1920, et on a les réponses aux questions qu’on se pose au fur et à mesure de la lecture. Seul bémol : la fin de l’album ressemble étrangement à la fin du superbe film « il était une fois en Amérique » de Sergio Leone, avec l’affrontement entre les deux protagonistes, l’un ayant réussi et l’autre raté sa vie. Heureusement que l’album ne se termine pas sur cette scène (qui m’a donné une impression de copie conforme), mais sur une autre plus réjouissante qui incite à lire le tome 3, début du second cycle… Le tome 3 m’attend déjà, il sera pour bientôt mais je viens juste de me rendre compte que le tome 4 ne sort que le 12 mars 2014… arghhhhhh….

Non mentionné sur l@BD, mais sûrement à partir de 10 ans comme pour le premier tome.

On en parle sur les blogs : Avis de lecture, Les chroniques de Madoka, Miss Alfie croqueuse de livres, Lettres exprès,

Les premières planches à lire sur Izneo.

Publicités

Une réflexion sur “Le train des orphelins, tome 2 : Harvey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s