Les ogres mutants du cratère bleu

LES OGRES MUTANTS DU CRATÈRE BLEU, par Guillaume Guéraud (texte) et Ronan Badel (illustrations)

Dans un minibus traversant le désert d’Arizona en direction du nord, se trouvent des personnes complètement différentes : un vieux professeur et son assistante, une mère et ses jumeaux qui passent le voyage à manger des cacahuètes, un malfrat qui change de nom, un vieil homme rabougri qui ne s’était même pas présenté… Le voyage va être perturbé car dans le paysage désertique, se trouve un cratère devenu bleu suite à des radiations nucléaires. Une femme arrive soudain sur la route : ses enfants et son mari se sont faits dévorer par des ogres mutants. Tout ça est de la faute du cratère radioactif ! Les passagers veulent quitter cet endroit sinistre le plus rapidement possible, mais cela ne va pas se passer comme prévu : ils risquent de servir de repas aux méchants ogres mutants…

Voici un court roman original par sa forme. Au début, ça commence dans un film américain des années 50 : une courte introduction avec la présentation des personnages, puis une bande annonce promotionnelle, avec voix off indiquant du suspense : on nous promet « une histoire incroyable, inspirée de faits réels, avec des monstres horribles, de l’épouvante et de la terreur, et de l’angoisse, mais aussi de l’amour… et des cacahuètes ! ». Bref, on est mis dans le bain dès le début, on se doute que cette histoire va être un brin déjantée ! C’est sympa à lire, simple au niveau du vocabulaire, mais c’est assez léger tout de même. L’idée générale est simple et peu développée, c’est presque dommage. Sinon la forme du texte en lui même est originale : le texte est écrit en gros, un peu de travers, et entrecoupé de passages en couleurs : soit du texte écrit en bleu dans des étoiles ou en plus gros, soit des dessins et des onomatopées. Cela donne du dynamisme au récit pour plonger le lecteur dans la situation tragi-comique. Le dessin de Ronan Badel est assez réaliste (même si je ne sais pas à quoi ressemblent des ogres mutants !), et humoristique. Il n’utilise que le bleu et le noir, et c’est largement suffisant pour nous représenter les situations. Les dessins ne sont pas répartis équitablement dans le roman, mais sont plus dans la seconde partie de l’histoire. Je pense que ce roman illustré fantastique plaira aux plus jeunes lecteurs, peu habitués à lire, car il n’y aura pas de souci de compréhension, et il leur suffira d’un peu d’humour pour comprendre cette histoire comme seul Guillaume Guéraud sait les écrire ! Un petit livre original, même si personnellement il ne me laissera pas de grands souvenirs…

A partir de 9 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : On lit trop dans cette bibli, Le blog de la marmite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s