La tête en l’air

LA TÊTE EN L’AIR, par Paco Roca (Delcourt, 2013, coll. Mirages)

Emilio, un vieux monsieur atteint d’Alzheimer est placé en maison de retraite par son fils qui supporte de moins en moins la progression de la maladie. Au départ ne se rendant pas compte de la dégradation de son état, cet ancien directeur d’agence bancaire va découvrir le mode de vie particulier d’un établissement pour les personnes âgées. Chacun y a ses petites habitudes ou ses tics, chacun vit sa vie souvent seul loin de toute famille…

Voici une très jolie bande dessinée sur un monde qui fait un peu peur, celui des personnes âgées. Il faut dire que la situation est peu réjouissante pour Emilio, qui perd la tête au fil du temps, pour des choses de plus en plus simples, et au début sans s’en rendre compte. C’est un héros touchant, qui ne comprend pas au départ ce qu’il fait ici, car il irait très bien. Miguel son acolyte de chambre est quant à lui détestable : je n’ai pas aimé ce personnage qui rackette et vole les autres résidents à tout bout de champ, jusqu’à ce que la fin de l’album me fasse quelque peu changer d’avis sur cet homme au final tout seul au long de sa vie, et qui finira aussi tout seul, ignoré de tous. C’est vraiment un album touchant, qui sait alterner les passages graves (le moment où Emilio comprend qu’il a Alzheimer, la maladie qui progresse inéluctablement) avec d’autres bien plus légers (les activités « trépidantes » des résidents, la folle escapade nocturne d’Emilio, Simone et Miguel, les stratagèmes élaborés par Miguel pour qu’Emilio ne se fasse pas repérer comme défaillant et soit transféré à l’étage du dessus, avec tous les grabataires…). J’ai aussi beaucoup aimé les cases où le dessinateur représente ce qui se passe dans la tête des gens, qui souvent se croient encore dans le passé, comme par exemple la vieille dame qui pense passer ses après-midis dans l’Orient Express, alors qu’elle n’est qu’à la fenêtre de sa chambre. C’est vraiment très bien imagé, et chaque personnage a son univers propre, ce qui fait qu’on s’attache au moins à un de ces résidents, car on reconnaît l’un d’eux parmi des personnes de notre entourage. Cela est peut-être encore accentué par les deux pages à la fin de l’histoire dans lesquelles Paco Roca raconte les personnes réelles qui l’ont inspiré pour chacun des personnages. Cela donne un côté ultra réaliste, presque documentaire, très intéressant. Voilà donc un scénario très juste et crédible, servi par un dessin clair et agréable, avec des personnages relativement effilés : on n’a pas de souci à distinguer chacun des protagonistes. Enfin, l’auteur utilise de nombreuses couleurs pour restituer un monde au final humain, mais dont on sait qu’on n’en sort pas vivant… Pas très optimiste me direz-vous, mais l’auteur arrive tout de même à nous faire sourire, peut-être pour nous dire qu’il faut savoir profiter de chaque moment de la vie…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Le blog de Yv, Sin City, Le blog BD de Madmoizelle, Chroniques de l’invisible

C’est une lecture à ajouter au challenge de Kikine, car La tête en l’air est la réédition de Rides (sorti en 2007), album qui fait partie de la sélection des Ignorants de Davodeau.

Bande annonce du film, avec des passages qui, je crois, n’existent pas dans l’album :

Publicités

3 réflexions sur “La tête en l’air

  1. Laeti 5 avril 2017 / 09:27

    A nouveau, un sujet qui m’est sensible : ma grand-mère est décédée des suites de la maladie d’Alzheimer en septembre dernier. Il faut que je découvre cet bédéiste!

    J'aime

    • caro 5 avril 2017 / 13:45

      Un traitement tout en douceur, avec une touche d’humour, c’est vraiment très bien. Et puis il a aussi fait d’autres albums sur des sujets variés, mais ceux-là je ne les ai pas (encore) lus… !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s