Sagarmatha

SAGARMATHA, la montagne dont la tête touche le ciel, par Patrick Weber (scénario) et Renaud Pennelle (Emmanuel Proust éditions, 2008, coll. Atmosphères sport)

Les parents d’Arnaud sont séparés, et son père est parti assouvir sa passion de l’alpinisme au Népal, où il organise des expéditions sur l’Everest avec des clients européens. L’ado ne supporte pas la situation et a pas mal de rancœur envers son père qu’il considère comme un égoïste. Sa mère lui propose un jour de rejoindre son père au Népal. Refusant tout net au départ, Arnaud ne peut finalement rien refuser à sa mère et va s’exercer d’abord en France. Il reprend le sport de façon intensive et avec un guide de Chamonix, va gravir le Mont-Blanc. Ces six heures d’ascension sont laborieuses et difficiles pour le corps d’Arnaud, mais il vient d’attraper le virus de l’altitude et cela motive finalement l’adolescent à aller au Népal. Là-bas il fait connaissance de la nouvelle compagne de son père et d’un népalais qui aurait plutôt tendance à l’énerver parfois… La vie avec ces nouvelles personnes ne va pas être si simple, mais la relation entre le père et le fils en sortira renforcée… En effet, tous deux vont entreprendre l’ascension de l’Everest, ou Sagarmatha pour les Népalais.

Voici un album sur un sujet assez peu abordé en BD, la montagne. J’ai bien pensé parfois au sommet des dieux de Taniguchi, mais là, on a une histoire de famille qui se met en parallèle de l’aventure sportive et humaine, et puis, le jeune héros n’est au départ pas attiré du tout par le milieu montagnard. J’ai beaucoup aimé l’introduction de Serge Koenig, vice-consul de France à Chengdu en Chine, 251ème alpiniste à avoir gravi le sommet de l’Everest. On apprend plein de choses sur le sommet le plus élevé du monde, les noms népalais (Sagarmatha), tibétain (Chomolanga) et européen (Everest, en hommage au géographe Sir George Everest qui dirigeait depuis Delhi le groupe de cartographes qui a repéré et mesuré officiellement le sommet en 1865). C’est donc très instructif sur l’histoire de la découverte de ce sommet. Cet album mêle une histoire familiale à une histoire d’aventure et d’ascension.

L’histoire familiale est assez classique, mais je trouve que le jeune Arnaud est trop facilement convaincu par sa mère pour aller au Népal, qu’il accepte trop facilement de se lancer dans l’ascension de l’Everest. Lorsqu’il menace de renoncer, il change d’avis peu de temps après, il n’a pas un avis vraiment fixe. Bref, l’ado au centre de cette histoire n’est pas forcément fiable, je ne l’ai pas trouvé particulièrement attachant. La relation avec son père est conflictuelle, mais c’est le fait de changer de lieu, d’être à Katmandou, ville culturellement totalement éloignée de ce qu’il pouvait connaître en France, qui va lui faire découvrir une facette inattendue de son père et comprendre son amour de la montagne. Je ne m’y connais pas du tout en alpinisme, mais j’ai aussi trouvé que les ascensions, que ce soit du  Mont-Blanc ou de l’Everest, paraissent relativement faciles. Bien sûr, la montée n’est pas de tout repos, mais cet album donne l’impression que n’importe qui en bonne santé et un minimum préparé pourrait faire l’ascension, alors que je me doute bien que ce n’est pas le cas dans la réalité. En même temps, difficile pour les auteurs dans cet album d’une petite cinquantaine de pages d’aborder les difficultés et les intenses préparations nécessaires aux ascensions. Au niveau du dessin, il est agréable, parfois un peu statique au niveau des portraits, mais les paysages de montagnes sont magnifiques et cela est accentué par les couleurs utilisées. Un joli dessin, servi par un scénario un peu faible et survolant le sujet. Dommage… A noter en fin d’album la présence d’un dossier de 4 pages avec des conseils pour affronter la montagne et ses sommets, en partenariat avec la FFME (fédération française de la montagne et de l’escalade).

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Montagne-cool, M. Picaud sur paperblog

Aller voir du côté du site du dessinateur Renaud Pennelle, dont c’était là la première bande dessinée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s