Endurance

ENDURANCE, par Pascal Bertho (scénario) et Marc-Antoine Boidin (Delcourt, 2009, coll. Mirages)

1914. Sir Ernest Shackleton n’a pas atteint le pôle Sud le premier, il a été devancé par Amundsen. Alors pour battre un nouveau record et y mettre son nom, il a l’idée de tenter ce qui n’avait jamais été essayé avant : traverser le continent Antarctique d’une mer à l’autre. Alors il rachète un bateau qu’il rebaptise l’Endurance et recrute un équipage à l’aide d’une petite annonce qui ne cache pas les difficultés qui peuvent attendre les hommes. Mais ce recrutement est un succès, et le départ peut se faire sans encombre à la date prévue, alors que la guerre commence à se profiler en Europe. Mais arrivé près de la Géorgie du Sud, la situation se complique : le bateau est pris dans les glaces, et l’expédition reste bloquée jusqu’à ce que le bateau soit broyé par les glaces. Alors les hommes vont prendre les canots pour survivre, sur l’eau ou sur la glace. Mais la situation va s’éterniser…

Voici un album choisi au hasard à la bibliothèque. Et bien encore une fois merci la sérendipité, puisque j’ai bien accroché à cet album, intéressant et sans temps mort. La situation des hommes de l’Endurance est vraiment désespérée, à une époque où les moyens de communication sont encore peu développés. L’Antarctique paraît vraiment comme une terre hostile, et les auteurs parviennent à nous intéresser au sort de ces hommes à l’autre bout du monde, et au capitaine Shackleton, un homme lucide, hors du commun, qui connaît les dangers et fait particulièrement attention à ses hommes d’équipage. C’est vraiment ce qui ressort de cet album : le capitaine cherche vraiment à ramener tout le monde en entier, il n’abandonne personne, ressoude son groupe lorsqu’il le faut et est prêt à se sacrifier pour le mieux-être d’un de ses hommes. C’est un homme impressionnant d’humanité, qui va tout faire pour honorer sa promesse, même si cela va prendre beaucoup de temps. Le scénario est comme je l’ai dit bien mené, on a les dates des événements, c’est facile pour se repérer, d’autant plus qu’il y a parfois des allers-retours dans la chronologie. Le dessin est agréable, pas exceptionnel, mais correspondant au propos. Les couleurs sont quant à elles magnifiques, très travaillées et toujours dans les tons bleu, gris, marron et blanc. Elles parviennent à retranscrire le froid extrême connu par les protagonistes. Léger bémol cependant : il manque (au moins dans l’édition que j’ai lue) une carte du continent et des îles proches, pour pouvoir situer l’équipage au fil de leur périple. Malgré ce léger point négatif, il n’en  reste pas moins qu’Endurance est un joli moment de lecture, avec 132 pages pleines d’une aventure humaine hors du commun.

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Le blog de Biblio, Le grenier à livres de Choco, La bibliothèque du Dolmen, Blog BD Sud-Ouest, Le blog-notes

Interview des deux auteurs sur le site de l’éditeur.

Quelques planches à voir sur le site de l’éditeur.

Pistes pédagogiques sur le site de l’école des loisirs, qui a réédité l’album en 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s