Une nuit à Rome, tome 2

UNE NUIT À ROME, tome 2, par Jim (Bamboo, 2013, coll. Grand angle)

Suite du tome 1. L’histoire de Raphaël reprend juste là où on l’avait laissé. Il se rend à Rome pour honorer la promesse faite à Marie vingt années plus tôt. La pauvre Sophia ne comprend pas pourquoi son homme l’a lâchée si subitement, et rentre à Paris sans être allée voir ses parents. Marie s’échappe de son lieu de vacances en Italie pour retrouver son ex dans une chambre d’hôtel au cœur de la ville aux sept collines. Les retrouvailles ont lieu comme promis et les deux se posent la question de ce qu’ils sont devenus depuis tout ce temps. Chacun a fait sa vie de son côté, mais sans vraiment oublier ce qu’ils étaient à 20 ans. Le dilemme se pose à présent : a-t-on vraiment le choix de sa vie ? Que faire quand on hésite entre deux amours, celui du passé et celui du présent ? Raphaël va devoir choisir…

Fin de la virée romaine de Raphaël avec cet album dont je préfère largement la couverture. Là au moins on voit la ville éternelle en décor, et on comprend mieux le titre ! Cet album répond à toutes les questions qu’on a pu se poser lors de la lecture du premier volume, c’est donc une suite tout à fait intéressante de ce point de vue. L’épisode introductif du tome 1 est enfin expliqué et replacé dans son contexte, cela éclaire grandement pour comprendre Marie. On est toujours dans la tête de Raphaël qui se pose beaucoup de questions, qui hésite, tente puis revient en arrière… Il ne sait pas ce qu’il veut celui-là, et comme pour le tome 1, ça a eu tendance à m’agacer légèrement. Cet album est le même au niveau graphique et couleurs que le premier volume, avec beaucoup de portraits, des décors travaillés et reconnaissables, quelques scènes un peu chaudes dans lesquelles Jim se plaît à dessiner les formes féminines. Il y a juste avec l’épilogue, qui est censé se passer 6 ou 7 ans plus tard, que j’ai trouvé un problème : les personnages sont plus proches de la cinquantaine et ne semblent pas avoir du tout vieilli d’après le dessin. Je ne dis pas qu’il faut que les personnages soient tout ridés, mais là, on a l’impression que la scène se passe quelques semaines après, alors que ce n’est pas le cas. Mais globalement, j’ai passé un bon moment de lecture avec cette histoire sentimentale, dont la fin de l’histoire romaine est plausible, et propose aussi une suite pour un éventuel tome 3, dont Jim parle sur son blog. A essayer donc…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Sin City, Samba BD, Livresse des mots, Les sentiers de l’imaginaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s