Red Bridge, tome 1

RED BRIDGE : tome 1: MISTER JOE AND WILLOAGBY, par Maryse et Jean-François Charles (scénario) et Gabriele Gamberini (dessin) (Casterman, 2008)

Quelque part en Amérique du Nord, Elie Miller est représentant en parapluies. Jusque là, il avait toujours réussi à éviter de retourner dans son village d’origine, mais suite à des défections de ses collègues, il se voit contraint d’y retourner, dans ce village qu’il a quitté il y a longtemps… N’ayant pas son permis de conduire, il s’y rend grâce au car, et discute avec son voisin, Monsieur Willoagby, un vieil homme à la retraite, ancien archiviste qui vient pour une affaire assez déroutante : plusieurs morts suspectes ont eu lieu en peu de temps dans cette commune en apparence paisible… Elie connaissait les personnes décédées : il s’agit de personnes de sa classe… Avec une ancienne connaissance avec laquelle il avait vécu une histoire d’amour des années plus tôt, Elie se demande si toutes ces morts n’ont pas de lien…

J’ai choisi cette histoire en deux volumes pour ses auteurs, dont j’avais apprécié le magnifique Far away, qui se passait entre Canada et Etats-Unis. Là encore on reste de ce même côté de l’Atlantique, pour une histoire qui se passe dans les années 1950, dans un milieu clos. Les personnages ont chacun leurs particularités, et ce volume prend le temps de les présenter : Elie, monsieur Willoagby et son chat mister Joe, le policier, les deux gays de la chambre d’hôte où réside Elie, la jeune veuve pas si éplorée que cela… Le dessin est magnifique : ce sont des peintures, qui ne vont pas forcément dans les détails, mais qui représente bien les personnages. Ce sont surtout les décors qui sont magnifiés par la peinture : l’été indien est très bien retranscrit, avec une large palette de couleurs chatoyantes qui nous plongent dans cette atmosphère étrange, sorte de huis-clos dans un village isolé où tout le monde se connaît. On se doute presque dès le départ qu’il s’est passé quelque chose autrefois, qu’Elie a des mauvais souvenirs qu’il aurait préféré oublier et que son retour dans son village d’origine ne lui fait pas spécialement plaisir… On sent bien qu’il y a quelque chose qui cloche, même si le rapport entre les morts semble difficile à déterminer. Seule la fin de l’album donne plus d’informations et accélère le récit, avec de nouvelles morts suspectes et originales et en annonçant aussi d’autres morts prochaines… Ce tome pose pas mal de bases pour l’histoire, en présentant le lieu et les personnages, l’action avance véritablement sur la fin, et on n’a qu’une seule chose en tête : savoir qui tue les habitants, et quelle est sa motivation. On se demande aussi quel est le rôle joué par l’ancien archiviste Willoagby, qui a un drôle de comportement. Bref, cela donne vraiment envie de lire la suite !

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Samba BDBlog Bd Sud-Ouest, Critiques BD

Quelques planches à voir sur Izneo.

Publicités

2 réflexions sur “Red Bridge, tome 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s