Bulles & nacelle

BULLES & NACELLE, par Renaud Dillies (Dargaud, 2009, coll. Long courrier)

Charlie est une souris qui se présente comme étant écrivain, mais a du mal à coucher les mots sur le papier. Solitaire, elle fait un jour la connaissance d’un petit oiseau qui se prénomme Solitude et qui viendra le voir à chaque fois qu’il est dans cette situation de solitude. Charlie se fait à cette présence, qui la surprend à chaque fois ou presque. Il fait aussi la rencontre d’une girafe qui prépare le carnaval de la ville. La souris déteste la foule, mais ira-t-elle tout de même participer à la fête qui s’annonce ?

Je continue ma découverte des productions de Renaud Dillies, après Betty Blues et le diptyque Abélard. La couverture est très jolie, colorée, et ne laisse pas présager le sujet de ce livre, sujet au final assez grave et qui ne prête pas à rire : la solitude. L’ouvrage est assez mélancolique : Charlie connaît la peur de la page blanche, il n’a pas confiance en lui, est plus que rêveur et aimerait retrouver ses rêves d’enfance… Renaud Dillies nous plonge cette fois encore dans un monde à part, complètement onirique. J’avoue que j’ai eu du mal avec cet album, qui finalement m’a donné l’impression d’être assez creux. On sent que la petite souris est pleine de bonnes intentions, qu’elle aimerait changer le monde avec ses écrits, mais qu’elle ne trouve pas la clé. C’est pourtant une bien jolie fable, mais qui me laissera un souvenir circonspect. Je n’ai pas été touchée par ce personnage qui m’a donné le sentiment de s’apitoyer sur son sort, de ne pas se battre pour changer sa situation. L’atmosphère mélancolique et triste ne m’a pas spécialement plu. Au niveau du dessin, j’ai retrouvé le style que je connaissais : ces fameuses hachures si particulières, qui aident à l’ambiance spécifique du récit. Certaines cases sont de toutes beauté, comme par exemple celles du carnaval. Les planches en pleine page sont magnifiques, et cela commence dès le début, avec le sous-titre de l’histoire : « Les aventures de Charlie la souris ou les vicissitudes du muridé solitaire ». J’ai aimé la façon dont l’auteur joue avec le papier, lorsque le personnage disparaît derrière la page blanche. Ces astuces sont bien trouvées et m’ont fait sourire. A part cela, cet album me paraît dispensable à ceux qui ne sont pas fans de l’auteur… Je ne crois pas que j’en garderai un souvenir vif longtemps, je préfère garder en tête d’autres ouvrages plus mémorables.

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Sin CityAu milieu des livres (ancien blog), La bibliothèque de Noukette, Les lectures d’Antigone, Blog brother

Planches à voir sur BDGest.

Interview de l’auteur (réalisée en 2009) à lire sur Clair de plume.

Publicités

2 réflexions sur “Bulles & nacelle

  1. noukette 27 juin 2014 / 17:26

    Pas le meilleur Dillies certes, mais c’est du Dillies… alors je suis forcément fan ! 😉

    J'aime

    • caro 28 juin 2014 / 12:12

      Oui ce n’est pas le meilleur, mais je ne suis tout de même pas mécontente de l’avoir essayé !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s