Kililana song, première partie

KILILANA SONG, première partie, par Benjamin Flao (Futuropolis, 2012)

Naïm est un petit garçon de 11 ans qui vit dans l’archipel de Lamu, au large du Kenya, dans l’océan indien. Il n’aime pas l’école coranique, où Hassan son frère (ou plutôt fils de sa tante) veut l’envoyer de force. Alors il parvient à échapper aux poursuites d’Hassan, qui le suit partout dans l’archipel. Naïm gagne un peu d’argent en fournissant du Qat, la drogue locale, à un vieil homme, et préfère se promener dans les ruelles seul ou avec ses amis. Il connaît tous les coins et les recoins de l’île, et est particulièrement débrouillard, surtout lorsqu’il s’agit d’échapper à Hassan. Le jeune garçon est observateur et écoute tout ce qui se dit, même les histoires sur les djinns et autres croyances locales. Il sert aussi parfois de guide pour des touristes européens. De leur côté, des européens vivent aussi sur l’île et chercheraient à acheter des terrains…

J’ai attendu que la bibliothèque acquiert les deux tomes de cette histoire pour pouvoir enfin les lire. Après avoir lu le premier tome uniquement, mon avis est mitigé, mais c’est plus à cause du scénario qu’en raison des dessins… Kililana Song est un joli album comme Futuro sait si bien les faire. L’objet en lui-même est de qualité : la couverture et les pages sont soignées. Les dessins de Benjamin Flao sont magnifiques. Il utilise la technique de l’aquarelle d’une manière très maîtrisée, alternant les paysages lumineux en pleine page et les cases plus traditionnelles. Il y a certaines pages qui comportent beaucoup de texte, et je dois avouer au départ que j’ai eu des difficultés à lire les bulles : l’écriture manuscrite est particulière et originale. Il y a quelques fautes d’orthographe qui dénotent et c’est un peu dommage, mais c’est un détail comparé aux magnifiques paysages et portraits que nous trace Benjamin Flao. C’est vraiment très joli, et les couleurs renforcent encore cette impression. C’est grâce à un album comme celui-là qu’on peut dire que la BD est un véritable art… Par contre, comme je l’ai annoncé plus haut, c’est au niveau du scénario que ça coince : il se développe très lentement, trop lentement pour moi. Il n’y a pas de fil conducteur clair pendant un long moment, et ce n’est que vers la fin de l’album qu’on commence à voir un lien entre Naïm et les hommes blancs qui vivent eux aussi sur l’île… Les deux histoires restent parallèles trop longtemps à mon goût. Bref, un scénario un peu trop étiré en longueur, mais qui est sauvé par les magnifiques dessins de l’auteur qui nous offre de sublimes cartes postales d’une région éloignée. Des paysages idéaux pour partir en vacances depuis son fauteuil, même si la situation en Afrique est loin d’être réjouissante… Un album à savourer, avant de se lancer sans hésiter vers le second tome.

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle(beaucoup) sur les blogs : Mille et une frasques, Chroniques de l’invisible, La bibliothèque de Noukette, La tanière du champi, Suivez mon regard, D’une berge à l’autre, Sin City

Le début de l’album à voir sur Izneo, même si ce ne sont pas les plus belles planches…

Cet album a obtenu le prix Ouest-France Quai des Bulles en 2012.

Consulter le blog de Benjamin Flao.

Publicités

7 réflexions sur “Kililana song, première partie

  1. milleetunefrasques 17 juillet 2014 / 08:37

    J’avais trouvé l’image très jolie mais je n’avais pas accroché plus que ça. Et j’avais été gênée par des coquilles d’orthographe…

    J'aime

    • caro 17 juillet 2014 / 13:47

      Effectivement, il y a quelques fautes et c’est bien dommage… Je comprends que tu aies moyennement accroché. As-tu essayé le tome 2 ? Perso, je l’ai trouvé un cran au dessus.

      J'aime

      • milleetunefrasques 17 juillet 2014 / 16:45

        Noukette doit me le prêter à la rentrée 😉

        J'aime

        • caro 18 juillet 2014 / 00:13

          Super ! Je lirai ton avis avec attention, vu ta réserve émise sur le premier tome.

          J'aime

  2. yaneckchareyre 21 juillet 2014 / 15:04

    Tu verras, le tome 2 compense ce manque scénaristique que tu ressens. On comprend parfaitement où l’auteur a voulu en venir.

    J'aime

    • caro 21 juillet 2014 / 18:23

      J’ai lu le tome 2 dans la foulée du 1, et effectivement, on comprend bien mieux ce que veut dire l’auteur. J’ai préféré le tome 2, tu liras ça dans une chronique prochainement…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s