Quand je serai grand…

QUAND JE SERAI GRAND…, par Chris Flamand (scénario) et Julien Flamand (dessin) (Akileos, 2010)

Suite de Vacances à Saint-Prix. On retrouve le petit Christian, toujours surnommé Kiki, qui nous raconte son enfance, depuis Paris où il est né, jusqu’à Auxerre où son père a repris une boutique d’opticien. Il se souvient des épisodes marquants de son enfance : le déménagement en province, les cinémas avec son meilleur ami et la découverte des personnages de Walt Disney, la naissance de son petit frère, la préparation de sa communion, la découverte de la gent féminine, ses premières planches et sa volonté de devenir dessinateur de BD…

J’ai retrouvé avec plaisir les aventures d’enfance du jeune Christian, qui dans le premier tome était parti en vacances dans le Morvan. Là, il s’agit plus de vie quotidienne, sur une durée temporelle plus longue, de sa naissance à ses 10 ou 12 ans. Le seul fil rouge de cette histoire est les personnages, mais sinon il s’agit plus de succession d’anecdotes dessinées. C’est très facile à lire, il y a bon nombre de références (Roger Lanzac et La piste aux étoiles, le Belphégor de Juliette Gréco…) qui parleront à ceux qui ont vécu les années 1960 ou qui ont entendu des personnes en parler. On a aussi des références plus universelles, comme par exemple les personnages de Disney que tout le monde peut reconnaître, le livre des aventures de Pinocchio, ou encore des affiches de films sortis lors de cette décennie (comme Le Corniaud). C’est donc un récit très réaliste qui nous est présenté, une sorte de journal intime que l’on lit avec plaisir, où le jeune garçon nous parle aussi de ses premiers émois amoureux. Le petit garçon garde toujours à l’esprit de devenir dessinateur de bandes dessinées, mais comment convaincre ses parents qui ne connaissent pas du tout ce domaine, comment convaincre sa maîtresse pour laquelle ce n’est pas un vrai métier, comment maîtriser de mieux en mieux le scénario et le dessin pour pouvoir prouver aux gens qui l’entourent qu’il s’agit bien de ce qu’il veut faire plus tard… Vous l’aurez compris, au delà des simples anecdotes et souvenirs d’enfance, il y a aussi une certaine argumentation sur le choix de métier quand on est enfant, sur ses rêves et ses espoirs. Le dessin est très agréable, réhaussé le plus souvent par des couleurs légères et printanières. Il y a un joli esprit qui flotte dans cet album tendre et rafraîchissant. Quand je serai grand… est une lecture légère et à la thématique somme toute assez classique mais qui laissera quelques traces dans ma mémoire… Une bien jolie découverte !

A partir de 7 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Little brother, Les jardins d’Hélène, Gwordia, Fan de BD

Premières planches à lire sur Digibidi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s