Green Manor

GREEN MANOR,16 CHARMANTES HISTORIETTES CRIMINELLES, par Fabien Vehlmann (scénario) et Denis Bodart (dessin) (Dupuis, 2010)

Dans un hôpital psychiatrique de Londres, à la fin du XIXème siècle, un vieil homme vient d’arriver, et prétend être le club. Semblant délirer, il parle du Green Manor, un club de gentlemen passionnés par le crime, et va raconter comment ces hommes de la bonne société anglaise passaient le temps en se racontant des nombreuses histoires de meurtre, ou encore en se lançant des défis pour savoir qui est le plus grand chasseur…

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce recueil de 16 nouvelles, avec en point commun un lieu. Ce volume regroupe les 3 tomes parus initialement au début des années 2000, soit 16 histoires. Pour commencer, on a là un bel objet, avec une couverture à l’aspect cuir vieilli, comme un vieux livre qu’on aurait déniché dans une étagère poussiéreuse… Cela met déjà dans l’ambiance avant d’avoir commencé la lecture. Je n’ai pas pu lire toutes les histoires à la suite, mais j’ai vraiment apprécié de pouvoir lire une ou plusieurs nouvelles, et de reprendre ma lecture ensuite sans problème. Je n’ai pas souvent lu de nouvelles en BD, et là j’ai vraiment bien aimé. En effet, à chaque fois, il y a une chute surprenante, Fabien Vehlmann (scénariste de la série jeunesse Seuls) maîtrise à tous les coups ses scénarii et parvient à se renouveler pour éviter l’écueil de la redondance, qui aurait été facile ici. Sur le nombre important de nouvelles, je n’ai en tout cas pas eu l’impression d’avoir deux histoires pareilles : les situations de départ sont diverses et variées, les hommes du Green Manor étant parfois personnellement impliqués, et d’autres fois, ils ne sont que les narrateurs. L’esprit de Conan Doyle et de Sherlock Holmes, un esprit très victorien, règne dans toutes ces histoires, et souvent je n’ai pas réussi à trouver la fin, car fréquemment, les retournements de situation ou les explications vraiment tordues constituent la chute de l’histoire, qui m’a souvent agréablement surprise. L’humour noir est souvent présent dans les histoires, j’ai vraiment adhéré à toutes les nouvelles ou presque. Le dessin est quant à lui aussi très agréable, alternant les cadrages, rendant les historiettes fluides. On n’a pas de souci à distinguer les personnages, ce qui est là encore un aspect positif. Les jolies couleurs de Scarlett complètent la liste des points positifs de cet album, qui est vraiment pour moi une bonne découverte. Seul point négatif que je pourrais noter : le prix de l’album, pas donné, mais au final on en a pour son argent, au vu de la qualité du recueil…

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Tête de lecture, Soupe de l’espaceCecile’s blog, Hannibal le lecteur, Madimado’s blog, Le blog BD de C., Blog brother

Quelques planches à voir sur le site de la librairie Dialogues.

Publicités

2 réflexions sur “Green Manor

  1. Eric the Tiger 18 août 2014 / 09:29

    Ta critique traduit parfaitement mes sentiments à l’égard de cet ouvrage. Je m’associe donc à toi pour en conseiller vivement la lecture. Au plaisir de te relire…

    J'aime

    • caro 18 août 2014 / 16:03

      Je garde vraiment une bonne impression de cet album, un bien joli moment de lecture !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s