Norton Gutiérrez et le collier d’Emma Tzampak

NORTON GUTIÉRREZ ET LE COLLIER D’EMMA TZAMPAK, par Juan Sáenz-Valiente (Bang ediciones, 2013)

Norton a 18 ans et travaille dans le magasin de ses parents avec ses deux frères. Mais il est complètement déconsidéré par sa famille, qui le considère le plus souvent comme un incapable. Le seul plaisir du jeune homme est de regarder une ancienne série à la télévision avec un martien comme héros qui trouverait la fontaine de jouvence. Heureux hasard, lors d’une de ses livraisons, il rencontre un homme blessé qui lui dévoile qu’un plan indiquant l’emplacement de l’île de Bimini (lieu où se trouverait la fameuse fontaine de jouvence), est en fait dans le collier d’une célèbre cantatrice, Emma Tzampak. Celle-ci vient en représentation dans la ville de Norton, et le jeune homme est entraîné dans une aventure qui va le mener au milieu de l’océan, sur un bateau dirigé par une femme, et aidé par un professeur égocentrique et un aventurier maladroit mais sûr de lui… Le jeune homme va se révéler grâce à cette aventure.

Voici un album choisi pour son titre intrigant et sa couverture un peu désuète. Je n’ai même pas ouvert l’album avant de l’emprunter, car j’aime essayer des lectures « à l’aveugle ». Il s’agit là d’un album jeunesse, scénarisé et dessiné par un auteur argentin chez un éditeur espagnol qui édite et diffuse en France des œuvres espagnoles traduites. C’est donc là un album original de par son parcours. L’histoire n’est quant à elle pas spécialement originale : c’est un mélange entre la bande dessinée d’aventure, celle d’action et (un peu) celle d’humour. C’est aussi un croisement entre de nombreuses références plus ou moins appuyées, depuis Cendrillon jusqu’à Tintin. Cela est accentué par les couleurs pâles utilisées qui voudraient vieillir les personnages ou les faire vivre une époque passée… Ce côté désuet est original, mais en même temps ne fait pas très dynamique. Les personnages sont assez caricaturaux : le père qui ne fait pas confiance à son fils (même lorsque celui-ci est le dernier à pouvoir le sauver d’un mauvais pas), la femme forte et indépendante… J’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, qui sont assez individualistes au final. Le dessin est original mais pas très réaliste : Norton, tout comme les autres personnages, a des jambes plus fines que des allumettes, et on se demande comment il fait pour tenir debout de cette façon. Le dessin comporte donc un trait d’irréalisme et de fantastique un peu déroutant au début. A part cela, l’auteur met en place pas mal de textes dans les bulles qui d’ailleurs ont la fâcheuse tendance à se croiser, quitte à perdre un peu le lecteur en route… Cela ne facilite pas la lecture, loin de là, mais l’histoire est tout de même assez rythmée pour garder le lecteur en éveil. Je suis donc mitigée sur cet album qui réutilise des codes existants, sans apporter quelque chose de vraiment nouveau… C’est dommage, car je crois qu’il y avait vraiment quelque chose d’intéressant dans cet album…

Non mentionné sur l@BD.

On en parle sur les blogs : Ben Dis, La tanière du champi, Une autre histoire

Le début de l’album est à télécharger depuis le site de l’éditeur.

Visiter le blog de l’auteur (en espagnol).

Publicités

2 réflexions sur “Norton Gutiérrez et le collier d’Emma Tzampak

    • caro 7 septembre 2014 / 22:51

      Je reste mitigée sur cet album, mais si tu as l’occasion de le lire, ton avis m’intéresserait quand même, car cet album a tout de même des côtés positifs (même si je ne les ai pas spécialement mis en valeur dans mon article…)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s