Perico, tome 1

PERICO, tome 1, par Régis Hautière (scénario) et Philippe Berthet (dessin) (Dargaud, 2014, coll. Ligne noire)

1958, à Cuba. Un homme part à l’aéroport, mais tombe dans un piège tendu par son chauffeur et d’autres hommes au bord de la route. Dans le pays, Batista est encore au pouvoir, mais est de plus en plus menacé par Castro et ses hommes. Les Etats-Unis ont encore une forte emprise sur l’île. Joaquin est un serveur sans histoire dans un casino fréquenté par la bonne société américaine de l’île, tandis que son frère Carlos, castriste, est considéré comme un terroriste par le régime en place. Joaquin est chargé par Carlos de surveiller la venue d’un homme au casino, mais aussi par son patron d’occuper Elena, une chanteuse qui servirait de monnaie d’échange pour un trafiquant… Mais cela tourne mal et Joaquin se retrouve avec une valise de billets confiée par son frère. Il persuade la naïve Elena de le suivre pour échapper à cette situation et les deux jeunes gens s’enfuient à Miami… Ils ignorent qu’ils vont être poursuivis quelle que soit leur destination…

Je n’ai compris le sens du titre qu’une fois l’album lu, en faisant l’article pour le blog. En effet, dès le début, il est indiqué que Perico signifie Perruche en espagnol, mais surtout que la signification du mot en argot cubain est cocaïne. Là, tout de suite, on comprend mieux la raison de ce titre. Cet album, premier volume d’un diptyque qui se conclura à la fin de septembre, se lit facilement (presque trop rapidement), même si l’histoire n’est pas simple. Le héros est un jeune garçon au départ naïf et innocent, qui va être mêlé à une affaire qui le dépasse et va bouleverser le cours de sa vie. Les sphères politiques et mafieuses sont mêlées à l’affaire, dans ce contexte troublé de crise à Cuba. On ne peut donc que s’attacher à ce héros pris dans une histoire bien plus grande que lui et dont il ne saisit pas les tenants et les aboutissants. Le scénario de Régis Hautière (La guerre des Lulus, Abélard, De briques et de sang…) est complexe, car il y a un bon nombre de personnages, mais ce qui est surtout regrettable, c’est que cette histoire sorte en deux volumes (ce premier fait 64 pages) et non pas en un seul : c’est frustrant de ne pas savoir la fin de l’histoire (surtout avec la fin ouverte du premier volume qui laisse présager une sacrée chasse à l’home), et ce premier tome n’est pas forcément bien clair. Je pense que le second tome permettra de répondre à mes questions, mais là, pour l’instant, je suis un peu déçue du format choisi par l’éditeur. Sinon, à propos du dessin, il est agréable et épuré, avec des détails mais sans excès. Il est peut-être un peu sec et lisse, mais ça passe quand même. Je ne connaissais pas le trait de Philippe Berthet, mais il n’est pas désagréable, loin de là. Certains personnages sont certes un peu caricaturés (l’américain blond aux yeux bleus rencontré à Miami par exemple), mais le dessin contribue à fluidifier l’histoire. Il y a certaines cases vraiment magnifiques, comme par exemple celles avec les voitures américaines ou les pin up, qui nous plongent dans une toute autre époque, aux Etats-Unis du milieu du 20ème siècle. Cela est grandement facilité par les couleurs soignées utilisées, qui donnent un aspect old-school à cet album pourtant sorti en février 2014… Vous l’aurez compris, malgré mes quelques réserves, je pense lire la suite de ce polar, même si je ne suis pas complètement convaincue par ce premier volume…

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : La bibliothèque de Noukette, SambaBD, Sin City, D’une berge à l’autre, Un amour de BD, Le frelon vert, Au milieu des livres

Premières planches à lire sur Izneo.

Publicités

2 réflexions sur “Perico, tome 1

  1. noukette 10 septembre 2014 / 23:00

    Je suis plus enthousiaste que toi… mais comme toi, j’attends la suite ! 😉

    J'aime

    • caro 13 septembre 2014 / 16:01

      J’aurais peut-être dû attendre que la suite soit sortie, pour lire les deux tomes d’un coup…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s