BD fantastique, BD sentimentale

L’entrevue

L’ENTREVUE, par Manuele Fior (Futuropolis, 2013)

Dans un monde qui semble proche du nôtre, Raniero, psychiatre de profession, est en voiture à discuter avec un de ses amis au téléphone lorsqu’il a un accident suite à une drôle de vision : des triangles dessinés dans le ciel nocturne provoquent son inattention et son accident. Par hasard, au travail, il rencontre et tombe amoureux de Dora, une de ses patientes qui prétend avoir vu le même vaisseau spatial triangulaire que lui, et pouvoir communiquer par télépathie avec ses occupants. Raniero est troublé, à la fois par la rencontre avec la jeune fille et par leur vision commune. Cela complique encore un peu plus la vie de Raniero, dont la femme est sur le point de le quitter. Tous deux se font violemment agresser dans leur maison, par des hommes cagoulés. Raniero se lance dans cette histoire d’amour originale, à une époque où existe une charte sociale qui prône l’amour libre…

Il y a quelques années maintenant, j’avais lu Cinq mille kilomètres par seconde de ce même auteur, et même si je n’en garde pas un souvenir extraordinaire, je me suis lancée dans la lecture de son nouvel opus de plus de 170 pages, bien que n’étant pas très enthousiaste à la vue de la couverture sombre. Je ne savais pas à quoi m’attendre en lisant cet album, je ne me suis pas rendue compte tout de suite qu’il s’agissait de science-fiction, car aucune indication de temps ou de lieu n’est mentionnée et ce récit paraît au départ tout à fait actuel. Puis au fil du récit, il y a des éléments qui font douter du réalisme de l’histoire : on parle de « la nouvelle convention », puis Raniero parle de son père qui a vécu la fin du XXème siècle… Cela m’a fait douter mais j’ai tenu bon, sans être plus convaincue que cela par le scénario. J’ai été déçue sur la fin avec les explications données rétrospectivement sur l’histoire, car même si ça aide à comprendre, c’est aussi d’une certaine façon une redondance désagréable. Bref, je n’ai pas été convaincue par le scénario, même si certains passages sont certes agréables. Le dessin est quant à lui assez particulier : je n’ai pas aimé les portraits de Dora avec son nez en patate. Le personnage de Raniero est correct, mais je n’ai pas spécialement accroché au dessin. Fior n’utilise dans cet album que des teintes de gris, du blanc et du noir : son trait est charbonneux et rend l’histoire encore plus sombre et triste. Je suis sûrement passée à côté d’éléments importants, mais je dois dire que j’ai dû me forcer à terminer cette histoire de science-fiction déstabilisante… Un album peut-être trop étrange pour moi…

Non mentionné sur l@BD, mais certainement pas avant 15 ans.

On en parle sur les blogs : Sin City, Liratouva, Marie Rameau, White pages, Chroniques de ColimassonBlog BD de Madmoizelle

Premières planches à voir sur Izneo.

Consulter le site de l’auteur, en italien.

Trailer à voir sur Youtube :

2 réflexions au sujet de “L’entrevue”

  1. Je vois en effet que nous pensons à peu près la même chose… j’ai eu beaucoup de mal avec cette bédé même s’il y a de bons thèmes et quelques jolies pages. Je ne sais pas si c’est le style du dessinateur, mais l’ambiance graphique ne m’a vraiment pas plu. Et j’ai été déroutée par la fin.. Pas convaincue du tout de cette lecture !

    J'aime

    1. Perso, je pense que c’est l’ambiance de l’album, vraiment trop étrange pour moi, qui m’a laissée une impression bizarre. Je peux me dire qu’au moins j’aurais essayée, même si je ne suis pas convaincue…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s