Jour J, tome 2 : Paris, secteur soviétique

JOUR J, tome 2 : PARIS SECTEUR SOVIÉTIQUE, par Fred Duval et Jean-Pierre Pécau (scénario) et Gaël Séjourné (dessin) (Delcourt, 2010)

En 1944, le débarquement des Alliés a été un échec complet, et les Russes de Staline sont finalement parvenus jusqu’en France, en traversant le Rhin. Ils se sont adjugés un grand quart est de la France, jusqu’à Paris qu’ils libèrent alors que les Alliés sont enlisés à Lyon. La ville-lumière est ainsi séparée par la Seine, entre zone américaine au sud et zone soviétique au nord. Dans ce secteur-là, les monuments tels que Montmartre et la tour Eiffel sont restés en l’état d’après la guerre, c’est-à-dire dans un état apocalyptique. La ville est le cœur du conflit entre Américains et Soviétiques. Du côté russe, les meurtres de prostituées s’enchaînent. La France (libre) et la RPF (République populaire de France) doivent collaborer pour savoir qui est à l’origine de ces morts. Un agent français passe du côté soviétique, mais les manipulations sont courantes, d’un côté comme de l’autre…

La série-concept « jour J » commence à dater un peu, mais elle comprend de nombreux tomes, aussi, il est difficile pour moi de passer à côté. Je dois dire avant de commencer ma chronique que je ne suis guère attirée par l’uchronie, mais je trouvais la couverture de cet album attirante avec sa tour Eiffel détruite. Je me suis donc laissée tenter par cet album, qui ne nécessite pas d’avoir lu le précédent, puisqu’il s’agit d’un one-shot. Bon, autant le dire tout de suite, je n’ai pas été bien convaincue par cet album, même s’il est bien mené. Le scénario explique bien tout ce qui se serait passé à la fin de la guerre pour que Paris devienne la ville où se concentrent américains et soviétiques, comme ce fut le cas dans la réalité pour Berlin : De Gaulle serait mort en 1945 en Méditerranée, Hitler ne se serait pas suicidé cette année-là, mais aurait survécu au conflit… Tout le pseudo-enchaînement historique est clairement présenté, mais personnellement je ne vois pas trop l’intérêt de refaire l’histoire. Mon avis est sûrement lié à mes études d’histoire, discipline qui revendique son caractère scientifique, mais là, il y a un côté fantaisiste auquel je n’adhère pas du tout. Ce n’est pas de la déformation professionnelle, mais c’est juste que pour moi, cette réécriture des événements historiques n’est pas bien intéressante. Qu’est-ce que cela peut apporter de chercher à savoir ce qui se serait passé si le cours des choses avait été différent ? Non, vraiment je ne vois pas. A croire que l’uchronie n’est décidément pas pour moi… Sinon, l’histoire d’espionnage est somme toute assez classique, même si elle est assez survolée. Des histoires similaires ont certainement dû se produire en réalité en Allemagne lorsque celle-ci était au cœur de la guerre froide, mais j’ai trouvé ça assez anecdotique, car ce n’est pas très fouillé. Au niveau du dessin, rien à redire, il est agréable, agrémenté de couleurs pour mettre dans l’ambiance tendue. Mais cela n’est pas un argument suffisant pour me donner envie de continuer à lire cette série…

Non mentionné sur l@BD, mais les autres tomes sont à partir de 13 ans.

On en parle sur les blogs : Blog o noisettes, BD C critique de BDChroniques de l’invisibleBalades livresques de Chiwi, Le journal de Feanor, La BD en bulles

Une planche à voir sur Bédéthèque.

Publicités

6 réflexions sur “Jour J, tome 2 : Paris, secteur soviétique

  1. evasoryarenucci 29 octobre 2014 / 21:35

    Pour avoir suivi et lu quasiment toute la série, celle-ci est assez orientée sur une certaine vision de l’histoire. La plupart du temps, les histoires finissent globalement par un bis répétita et même si le contexte change un peu, les grandes lignes demeurent… J’ai aussi l’impression que les uchronies répondent à une mode et permettent dans certains cas de recycler habillement des scénarios déjà usés. Pour l’instant j’attends de voir comment tournent des séries comme Wunderwafen ou autres.

    J'aime

    • caro 29 octobre 2014 / 22:37

      Effectivement, l’uchronie est une mode, je suis d’accord. Je ne suis pas tentée pour continuer la série Jour J, qui m’a l’air d’être assez commerciale vu le nombre de tomes.
      Par contre, je ne connais pas la série Wunderwafen, de quoi s’agit-il ?

      J'aime

      • evasoryarenucci 29 octobre 2014 / 23:00

        Et si les Nazis avaient réussi à développer des armes ultra sophistiquées dont les fameuses V2: cela leur aurait donné un avantage technologique conséquent qui aurait pu changer la fin de la Seconde guerre mondiale telle que nous la connaissons… Il y a aussi une série sur les dirigeables dans la même veine, à partir du Hindenbourg bien entendu…
        Sinon, il y a un peu plus complexe: entre fiction et réalité, l’homme de l’année.

        J'aime

        • caro 29 octobre 2014 / 23:19

          Ah ok, merci de ta réponse, je vais voir si je trouve ça dans ma bibliothèque !
          « L’homme de l’année », j’ai lu et chroniqué sur ce blog le 1er tome (« 1917 ») et je garde le souvenir d’avoir beaucoup aimé…

          J'aime

    • caro 30 octobre 2014 / 22:53

      Je ne connais pas, je note au cas où… Merci !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s