Les Godillots, tome 2 : L’oreille coupée

LES GODILLOTS, tome 2 : L’OREILLE COUPÉE, par Olier (scénario) et Marko (dessin) (Bamboo, 2013)

Suite du tome 1. 1917. La guerre dure depuis trois ans, et Palette, Le Bourhis et le jeune Bixente sont toujours soldats. Par hasard, ils découvrent une oreille d’un soldat allemand qui a été découpée par un soldat français. Le capitaine Mougin qui a le sens de l’honneur va sur les lignes allemandes pour s’excuser et nos trois héros le suivent, tandis qu’une inspection générale a lieu dans les rangs français pour savoir qui a fait cela. Mais parlementer avec l’ennemi, même pour reconnaître sa faute, n’est pas du tout bien vu par l’état-major français. Lorsqu’ils vont rentrer à leur base, les soldats français vont comprendre qu’il ne fait pas bon s’entendre avec un soldat ennemi, même si c’est un très bon cuisinier…

De retour avec la série jeunesse « Les Godillots », très bien écrite et dessinée. L’histoire avec les mêmes personnages est différente du premier tome, dans le sens où elle est plus sérieuse et réellement tragique. A noter d’ailleurs que le principal fait raconté a réellement existé. C’est un aspect rare et souvent caché qui est évoqué dans cet album : le crime de guerre. Le récit n’est donc pas spécialement drôle, et cela est renforcé par le personnage auteur de ce crime, qui paraît vraiment méchant, sans foi ni loi. Dans ce volume, les personnages principaux héros de la série sont installés, il n’y a donc plus besoin de les présenter, on se concentre plus sur les péripéties. Il y a toujours de l’humour dans les dialogues, ce qui permet de mieux faire passer ce scénario qui peut être complexe pour les plus jeunes. L’aspect évoqué dans l’album du crime de guerre n’est pas souvent évoqué dans les albums de bande dessinée, c’est donc là encore un angle original. On découvre aussi que dans l’armée allemande au front, il n’y avait pas que des allemands, mais aussi leurs alliés, dont des Hongrois. C’est intéressant de montrer qu’il n’y avait pas que des Français et des Allemands qui se battaient mais qu’il s’agissait de jeux d’alliances. J’adhère complètement à cette série qui parvient à mêler l’aspect historique avec l’humour, le devoir de mémoire avec l’anecdotique. Les Godillots sont donc une série jeunesse de qualité, à conseiller aux plus jeunes mais pas que…!

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : SambaBD, Les chroniques de Madoka, Mes promenades culturellesHistoire pour tous

Premières planches à voir sur Izneo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s