Africa dreams, tome 1 : L’ombre du roi

AFRICA DREAMS, tome 1 : L’OMBRE DU ROI, par Maryse Charles, Jean-François Charles (scénario) et Frédéric Bihel (dessin et couleurs) (Casterman, 2010)

1960, dans un musée colonial belge, un groupe d’enfants découvre l’histoire coloniale de leur pays. Un enfant tombe nez à nez avec une statue du roi Léopold II dit le roi bâtisseur. Retour en arrière : fin du XIXème siècle, ce même roi prend possession du Congo, un territoire 80 fois plus grand que le royaume qu’il dirige. Il rencontre Stanley, le célèbre explorateur, et détermine avec lui les frontières de ce pays qu’il veut civiliser, alors que d’autres pays européens s’intéressent eux aussi à ces terres inexplorées… Au Congo, un jeune séminariste, Paul Delisle, arrive sur place, à la recherche de son père, colon devenu prospère planteur, que sa famille a déclaré mort. Il y découvre aussi sa jeune femme et ses nombreux demi-frères et sœurs… Mais son père, farouche opposant à la religion, n’accueille pas si chaleureusement son fils venu d’Europe. Cependant, les deux vont s’apprivoiser, et Augustin va découvrir la réalité du Congo belge, loin de l’image idyllique qu’il en avait…

Encore un album pris un peu au hasard dans les rayons de la bibliothèque, cette fois grâce au nom des scénaristes (Red bridge tomes 1 et 2, Far away). Il s’agit là du début d’une série de 3 tomes, et donc ce volume pose les bases. L’histoire commence en 1960, alors que la décolonisation a largement commencé, mais ne revient jamais ensuite à cette époque-là. Les scénaristes posent les bases de l’histoire, et de nombreuses questions apparaissent, que ce soit sur la grande ou la petite histoire. La colonisation belge n’est pas un sujet qui me parle, je n’y connais pas grand-chose, et donc j’ai ouvert cet album de façon innocente. On sent bien que le roi Léopold n’a pas été très clair sur ses motivations à coloniser des terres d’Afrique, et que la recherche du profit l’a emporté sur les valeurs humanistes. On est bien loin de l’image naïve de Tintin au Congo… Ce premier tome est donc intéressant et bien mené, même si les auteurs utilisent des retours en arrière qui m’ont parfois un peu perturbée dans ma lecture. Par contre les dessins de Frédéric Bihel (déjà lu sur Tout sauf l’amour) sont magnifiques, avec des portraits très jolis (surtout ceux des femmes) et des couleurs tirant vers le pastel, mettant en valeur les personnages lorsqu’il le faut. Le trait n’est pas toujours le même, étant plus flouté à certains moments pour accentuer certains passages du scénario. On a donc là un premier tome globalement agréable qui incite à lire la suite… Cela sera pour bientôt je pense…

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Lecturissime, Le bibliophare, Samba BD, Blog Bd Sud-Ouest

Premières planches à lire sur Izneo.

Plus d’infos sur la colonisation belge par Léopold II sur le site de la LDH de Toulon, le site spécialisé CoBelCo, et l’encyclopédie Larousse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s