Le pire concert de l’histoire du rock

LE PIRE CONCERT DE L’HISTOIRE DU ROCK, par Manu Causse (éditions Thierry Magnier, 2014)

Jean-Sébastien Leforestier est un collégien qui a déménagé de Paris vers une petite ville de la Creuse. Très doué en piano, il ne vit que pour sa passion. Ayant peur que les autres adolescents se moquent de lui, il cache sa passion, jusqu’au jour où celle-ci est dévoilée en cours de musique. Contrairement à ce qu’il pensait, l’accueil est très bon, et le voilà même recruté dans un improbable groupe de rock très amateur mis en place par d’autres collégiens. Jean-Sébastien le solitaire va découvrir le rock et la complicité avec des amis de son âge…

Ce court roman édité chez Thierry Magnier est une histoire sympa, originale par son approche : un ado à la marge, intelligent et qui a un regard très particulier (voire même parfois hautain) sur les autres, va s’insérer bien malgré lui parmi les autres ados de son âge. On y parle donc de la différence, des a priori et autres clichés. J’ai aimé le style fluide de Manu Causse, en imaginant la tête des personnages, dont celle de Jean-Sébastien Leforestier (nommé ainsi pour Jean-Sébastien Bach et Maxime Leforestier). Pas sûr que cela parle aux élèves, mais déjà dès le début de l’histoire, j’ai trouvé cette explication très drôle. Toute l’histoire contient de l’humour, par exemple lorsque le héros se prend pour l’homme invisible avec ses décrochages info ou lors de la scène où il révèle qu’il a une peur phobique des poulets, et j’ai apprécié ce petit côté déjanté, qui amène des situations drôles ! Les dialogues ne sont pas toujours en français correct, c’est plus du parlé qui est mis à l’écrit, et il y aussi parfois du vocabulaire musical, ainsi que des petites touches d’anglais aussi (le père du héros est anglais), pas traduit mais qui ne dérange pas pour comprendre. Je dois quand même avouer que le synopsis est un peu fou et irréaliste : l’histoire se passe dans la Creuse… et Jean-Sébastien arrive là par une explication un peu farfelue. Mais pour une fois qu’une histoire se passe à la campagne, c’est bien, ça change ! Il m’a juste manqué une playlist à la fin du roman, regroupant des morceaux de rock (surtout que quelques groupes de diverses époques sont cités dans le roman). Cela aurait encore plus raccroché le roman dans le réel. Mais sinon, j’ai passé un agréable moment de lecture !
A partir de 11 ans selon Ricochet.

Aller voir le blog de l’auteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s