Amazigh, itinéraire d’hommes libres

AMAZIGH, ITINÉRAIRE D’HOMMES LIBRES, par Mohamed Aredjal (scénario) et Cédric Liano (dessin) (Steinkis, 2014)

2002. Mohamed, adolescent marocain rêvant d’une future vie d’artiste, est tiraillé entre sa soif de reconnaissance paternelle et ses propres aspirations. Entraîné par ses amis d’enfance, il se retrouve bientôt à tenter lui aussi l’exode et à rejoindre le flot intarissable des candidats à la clandestinité tentant par tous les moyens de gagner la forteresse Europe. Un peu malgré lui, mais ne pouvant reculer une fois le premier pas fait, il va vivre diverses tribulations aux mains des passeurs et autres profiteurs de misère dépouillant sans vergogne d’encore plus pauvres qu’eux. Un beau jour, il finit par mettre le pied sur une plage des îles Canaries, mais il y est aussitôt pris en chasse par la Guardia Civil espagnole, arrêté, interrogé, ballotté entre centre de rétention et prison…

Voici un album sur un sujet très actuel, qui agite nombre de médias. L’immigration, vécue par Mohammed le jeune marocain et dessinée par Cédric le français (dont c’est le premier album), est très bien racontée. Oui, il s’agit bien là d’une autobiographie, qui n’occulte aucun passage difficile, aucun moment de désespoir. Le dessin de Cédric Liano est étrange au premier abord, avec des gris qui alourdissent les cases. Par contre, le trait, parfois jeté, est étonnamment léger pour un propos qui ne l’est pas du tout. Les décors sont assez rares, et les cases ponctuées parfois de dessins très dépouillés style comic strip. L’histoire de Mohamed est racontée de manière fluide, avec la vision d’un jeune immigré tout juste majeur qui veut aller en Europe. La rencontre avec les autorités espagnoles aux Canaries est très bien retranscrite, car nous-mêmes lecteurs ne comprenons pas la langue, puisqu’on n’a pas la traduction des paroles des policiers (retranscrites en chinois, comme le jeune homme a dû le comprendre à l’époque), on est donc mis au même niveau que le jeune homme. Le récit est fort, et dénonce les conditions d’accueil des immigrés ainsi que la difficulté d’aller vers cet eldorado qui finalement n’en est pas un. A noter à la fin du récit un intéressant carnet documentaire avec des articles, des photos et la biographie du héros. Une lecture originale et engagée que j’ai bien aimée, même si personnellement j’ai eu quelques difficultés avec le trait…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle (trop peu) sur les blogs : Lisez vos droits, Hors les murs

Interview de Cedric Liano à lire sur le blog des lycéens de 1ère ES du lycée Chateaubriand.

Premières planches sur Izneo.

C’est ma huitième participation à la bd de la semaine, cette semaine chez un amour de BD.

Publicités

16 réflexions sur “Amazigh, itinéraire d’hommes libres

  1. JAcques 27 mai 2015 / 10:14

    Peut-etre un peu trop engagé pour moi ? Merci néanmoins de cet découverte.
    A propos, j’aurais bien aimé voir quelques planches pour me faire un avis sur le dessin.

    J'aime

    • caro 27 mai 2015 / 12:56

      Lecture engagée oui, et originale de par son point de vue. A essayer je pense.
      Pour les planches, il faut aller voir sur izneo (lien en fin d’article), car je ne mets jamais les planches sur mon blog (par contre, j’essaie toujours de trouver des extraits que je mets en lien).

      J'aime

  2. noukette 27 mai 2015 / 11:32

    J’hésite… J’aime bien ces BD engagées, ces récits de vies, ces reportages en images cela dit…

    J'aime

    • caro 27 mai 2015 / 18:58

      Il ne faut pas hésiter trop longtemps alors !

      J'aime

  3. faelys 27 mai 2015 / 11:45

    la couverture en elle-même est déjà assez marquante. je note pour son sujet fort. merci pour l’idée!

    J'aime

  4. Jerome 27 mai 2015 / 14:03

    On ne peut plus actuel en effet (malheureusement !).

    J'aime

    • caro 27 mai 2015 / 19:00

      Effectivement, c’est un sujet d’actualité brûlante…

      J'aime

  5. Karine:) 27 mai 2015 / 15:33

    Le trait ne ressemble pas à la couverture? J’aimais bien la couverture. Je note quelque part dans ma tête. J’aime bien ce genre de témoignage. Bizarrement, je n’aime ça qu’en BD!

    J'aime

    • caro 27 mai 2015 / 19:04

      Le trait est parfois très particulier, et l’auteur n’utilise que du noir et blanc, ce qui donne une impression différente. Pour voir des planches, va voir sur izneo (lien en fin d’article).

      J'aime

  6. Bib HLM 28 mai 2015 / 09:02

    Je suis tombée sur cette BD complètement par harsard ! Rangé au fin fond d’un rayon chez mon libraire.. lui-même n’avait pas trop d’info la concernant… C’est le titre qui m’a poussé à l’achat ! Je ne savais pas que le nom des berbers voulaient dire liberté, et j’avais envie d’en savoir plus. Alors même si j’ai été deçu que la mention de ces tribus s’arrête au titre, j’ai passé un chouette moment de lecture avec une belle prise de concience sur les difficultés de l’immigration.

    J'aime

    • caro 28 mai 2015 / 23:05

      Effectivement, le titre original interpelle. C’est vraiment une bd entre reportage, documentaire et autobiographie, qui veut servir à faire bouger les consciences. Ce qui est bien aussi, c’est qu’il y a du recul vis-à-vis du récit, qui se déroule dix ans plus tôt, et c’est bien de savoir à la fin ce que le narrateur est finalement devenu…
      Merci de ton passage ici !

      J'aime

        • caro 3 juin 2015 / 23:34

          Effectivement, c’est dommage. C’est un petit éditeur, donc avec une diffusion moindre. Je ne désespère en tout cas de croiser un jour cet album sur d’autres blogs !

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s