La chute d’un ange

LA CHUTE D’UN ANGE, par Didier Daeninckx (scénario) et Mako (dessin) (Casterman, 2014)

1948, en Seine-et-Oise, deux policiers sont appelés dans un orphelinat où un jeune garçon a été retrouvé gisant au fond d’un trou. Ferdinand, l’un des deux inspecteurs, remarque qu’il a été battu, mais son collègue Pasquet minimise ce fait. Peu de temps après, à Paris, un directeur de journal est assassiné chez lui. L’enquête sur ce meurtre sordide est menée, sans établir de lien entre ces deux affaires. Ferdinand, affecté par la mort de l’enfant, va tâcher de démêler les fils de ces histoires, alors que son collègue, le commandant Pasquet, va trouver un coupable idéal : Kozor, artiste de cirque d’origine hongroise, qui va être condamné à mort suite à un procès à fort retentissement médiatique.

J’ai un avis mitigé sur cet album, pour plusieurs raisons. Tout d’abord le scénario est étrangement bâti : l’histoire s’ouvre sur la mort du jeune garçon à l’orphelinat, puis on passe sans trop de transition à l’assassinat du directeur du journal et l’enquête qui s’en suivit, sans plus aucun lien avec la première affaire. Ce n’est qu’à la toute fin que cela se relie, et cela m’a donné la mauvaise impression que c’était rajouté au dernier moment, que cela avait presque été oublié. Les explications sont assez longues, j’ai trouvé cela lassant même si cela répondait à pas mal de questions sur la mort du directeur du journal. De plus, elles sont parfois assez survolées : je n’ai pas bien compris celles sur le passé trouble du directeur de journal, qui sont simplement évoquées mais sans plus. Il y a un côté injuste dans cet album : la vie de l’homme médiatique vaut bien plus cher que celle de l’enfant orphelin et cet esprit malsain m’a un peu dérangée… Celle du contorsionniste vaut également bien peu face aux enjeux de l’Etat, qui cherche à étouffer des actions bien peu avouables. C’est donc un esprit complètement polar que l’on a là, mais je n’ai pas été conquise, d’autant plus que le dessin ne m’a pas charmée plus que cela. Le trait est classique, sympa mais sans plus. Les décors sont parfois passés à la trappe, les personnages occupant pleinement les cases. Les couleurs ajoutent encore à l’ambiance polar. Tous ces ingrédients font de cet album une lecture agréable mais pas mémorable, à cause du suspense non maintenu pendant les 80 pages et quelques impasses sur le dénouement.

Âge non mentionné sur l@BD, je dirais à partir de 13 ans.

On en parle sur les blogs : ABC Polar, Blog Bd Sud-Ouest, Samba BD

Premières planches à voir sur Izneo.

Publicités

2 réflexions sur “La chute d’un ange

    • caro 23 juin 2015 / 16:29

      Effectivement, il y a des albums mieux que celui-ci, même s’il a des éléments positifs…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s