Undertaker, tome 1 : le mangeur d’or

UNDERTAKER, tome 1 : LE MANGEUR D’OR, par Xavier Dorison (scénario) et Ralph Meyer (dessin), (Dargaud, 2015)

A Anoki City, cité minière du Far-West, Joe Cusco, ancien mineur devenu millionnaire et maître de la ville, sent la mort approcher dangereusement. Il demande alors les services de Jonas Crow, croque-mort atypique au compagnon de route original : il se promène avec un vautour. Ce dernier se rend dans la ville et découvre un homme qu’il va devoir convoyer, une fois mort, vers la première mine où il a commencé à faire fortune. Mais juste avant de décéder, le riche homme décide d’avaler tout son or, pour ne rien laisser après lui. Seule sa gouvernante anglaise était censée être au courant, mais le secret est éventé et les mineurs d’Anoki City se lancent alors à la poursuite du cercueil de leur défunt patron, pour récupérer leur dû… Crow fuit avec le corps de Cusco, sa gouvernante anglaise et sa cuisinière chinoise… C’est le début d’une folle épopée…

J’ai emprunté cet album un peu au hasard, en ne m’attendant pas à quelque chose de spécifique. Le scénario est bon et bien mené, même s’il n’a pas de grande originalité.  En effet, on se doute bien que Crow le croque-mort cache quelque chose, lorsqu’il doit recourir à la violence quand cela ne va pas dans son sens, et que cela ne semble pas lui poser de problème de conscience. On se doute bien alors qu’il a un passé criminel chargé. C’est un héros qui n’apparaît pas comme spécialement sympathique, mais plutôt comme un personnage malfaisant : pas seulement à cause de son métier de croque-mort, mais aussi et surtout parce qu’il se promène avec un vautour qu’il a épargné pour on ne sait quelle raison. Il paraît sûr de lui, et on croit au départ qu’il domine la situation, mais en fait il n’en est rien, car il se fait avoir par Cusco, riche propriétaire de mine d’or atteint d’une maladie incurable et qui se suicide après avoir mangé tout son or. L’épopée qui s’en suit est inattendue pour Crow, c’est là que la situation s’emballe. Le dessin de Ralph Meyer (que je ne crois pas avoir lu et chroniqué auparavant sur ce blog) est très agréable, j’aime bien ce trait. Les portraits sont très détaillés, et on prend plaisir à s’arrêter sur chaque case. Les couleurs assez sombres utilisées correspondent très bien à l’ambiance noire, violente et parfois cynique de l’histoire qui ne comporte pas de temps mort. La fin, qui n’en est pas une vraiment, engage à lire le tome 2. C’est ce que j’espère pouvoir faire bientôt, pour terminer ce diptyque qui contribue à me faire apprécier le western, moi qui ne croyais pas trop être cliente de ce genre-là…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Un amour de BD, Des images et des bulles, Tamaculture, BricabookDiacritik

Premières planches à voir sur Izneo.

Cet album faisait partie de la sélection polar au dernier festival d’Angoulême.

Publicités

7 réflexions sur “Undertaker, tome 1 : le mangeur d’or

  1. malecturotheque 2 avril 2016 / 09:27

    Ah, j’en ai justement parlé le mois dernier 🙂
    S’il décide de ne pas tuer ce vautour, c’est parce qu’il est blessé et que, contrairement aux autres, il ne peux rien faire si ce n’est subir son sort. Et Jonas est seul, de même que le rapace, alors il le recueil pour le soigner et avoir de la compagnie. Engin, c’est ainsi que je l’interprète.
    Un troisième tome est prévu (pour 2017), mais cette aventure se termine bel et bien en deux tomes.
    Est-ce l’édition bibliophile ou l’édition classique que tu as lu ?

    J'aime

    • caro 5 avril 2016 / 23:16

      J’avais bien vu qu’il avait épargné le vautour blessé, mais j’ai trouvé que c’était à peu près la seule touche d’humanité de ce personnage assez antipathique… Merci pour l’info sur le 3e tome, il va déjà falloir que je déniche le tome 2 à la bibliothèque.
      J’ai lu l’édition normale, pourquoi ? La bibliophile est différente ?

      J'aime

      • malecturotheque 5 avril 2016 / 23:32

        Le personnage se développe par la suite, même s’il reste très sarcastique 😉
        L’édition bibliophile présente la BD dans un format beaucoup plus grand, ce qui est très sympa pour admirer les planches, mais sinon ça ne change pas grand chose. C’est juste pour le plaisir des yeux (mais c’est déjà beaucoup!).

        J'aime

  2. noukette 2 avril 2016 / 11:09

    Si c’est un diptyque je pourrais bien me laisser tenter, même si à la base le western n’est pas non plus mon genre de prédilection…! 😉

    J'aime

    • caro 5 avril 2016 / 23:14

      J’espère pouvoir lire le tome 2 bientôt, car l’histoire est assez prenante… ou alors c’est que je me fais au western ! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s