Papeete 1914, tome 1 : Rouge Tahiti

PAPEETE 1914, tome 1 : ROUGE TAHITI, par Didier Quella-Guyot (scénario) et Sébastien Morice (dessin) (Emmanuel Proust média, 2011)

En 1914, à Tahiti, loin de la métropole, on se soucie bien peu de la guerre qui menace en Europe. La vie suit son cours à Papeete, entre métropolitains et vahinés. Arrive par bateau Simon, un jeune homme venu de Paris pour des motifs qu’il ne dévoile pas au départ. Seul son carnet de notes est la preuve qu’il recherche quelqu’un. Simon découvre le mode de vie à la tahitienne, avec les vahinés qui jouent de leur corps pour séduire les hommes, des métropolitains qui tiennent les commerces, un peintre exilé pour les couleurs de la Polynésie (mais pas que…), un missionnaire très sévère sur les mœurs locales… C’est alors que la guerre bien lointaine se rapproche avec deux croiseurs allemands qui menacent l’île, et le gouverneur décide de réarmer l’île, mais cela prend du temps et les militaires sont peu nombreux… En parallèle, une première vahiné est découverte morte, tombée depuis un chemin qu’elle connaissait pourtant parfaitement… Ce décès sur l’île paradisiaque, en plus du siège et du bombardement par les navires allemands, va secouer l’île, surtout lorsqu’une seconde vahiné disparaît de la même manière…

Voici un album au sujet que j’ai trouvé très original, et dont je n’avais jamais entendu parler avant : la première guerre mondiale dans les îles polynésiennes. Ici, pas de tranchées, mais une attaque de la ville de Papeete par deux navires allemands. Il est important de préciser qu’il s’agit d’un fait historique réel, comme il est expliqué dans le dossier documentaire à la fin de ce premier volume. Car oui, il s’agit d’un diptyque, et je ne vois pas trop pourquoi l’histoire n’a pas été publiée en un seul et même volume, tellement la fin de ce tome est en plein milieu de l’action… Bref, mis à part ce point de détail frustrant, j’ai beaucoup aimé ce premier tome, grâce à l’aspect historique bien développé. On a plusieurs personnages importants, même si on suit principalement Simon le parisien qui a atterri sur l’île et n’a pas l’air très déterminé à résoudre l’énigme pour laquelle il est venu, plus préoccupé par sa relation amoureuse avec la belle Mareta. Dans cet album, l’événement historique côtoie l’histoire d’amour, et le tout se lit plutôt bien, avec un scénario assez dense et détaillé. Le dessin est agréable, très ligne claire, et servi par des couleurs paradisiaques qui donnent envie de se rendre sur place. Les décors sont magnifiques et les personnages sont bien représentés, avec nombre de détails. L’album est graphiquement très joli, on passe un agréable moment : déjà dès la couverture, on est séduit par l’aspect graphique. Par contre, dernière chose, j’ai eu des difficultés avec certaines typographies manuscrites : lorsque Simon écrit dans son journal, il a une écriture assez illisible, qui nécessite de se pencher véritablement sur les caractères. Cela a ralenti ma lecture, et ne l’a pas rendu toujours agréable… Mais il n’en reste pas moins que cet album mérite qu’on s’y attarde grandement…Alors bon voyage !

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Chroniques de l’invisibleLes livres de CamilleBlog BD Sud-ouest, Le blog de Véronique D., Acoram

Premières planches à voir sur Digibidi.

Visiter le blog du scénariste (jusqu’en 2013), et celui du dessinateur, tous deux également auteurs de Facteur pour femmes (lu mais pas (encore ?) chroniqué sur ce blog)

Retour sur le bombardement de Papeete sur le site officiel de la ville tahitienne.

Cet album participe à , cette semaine chez Jacques (un amour de BD).

Publicités

13 réflexions sur “Papeete 1914, tome 1 : Rouge Tahiti

  1. jacques 25 mai 2016 / 09:01

    Merci Caro
    Quelle couverture, sublime !
    Tu me donnes envie de découvrir cet album. Contexte original, mêlant histoire et intime. ça part bien. Je regarderais.

    J'aime

    • caro 26 mai 2016 / 22:30

      Effectivement la couverture est très attractive ! Pour les premières planches, tu as le lien en fin d’article vers Digibidi. Je ne doute pas que cet album te plaira…

      J'aime

    • caro 26 mai 2016 / 22:31

      C’est tout l’intérêt d’un blog ! ^^ j’espère que tu le liras !

      J'aime

    • caro 26 mai 2016 / 22:33

      A noter, et à trouver ! Même si le diptyque date un peu, tu peux certainement le dénicher en bibliothèque.

      J'aime

  2. evasoryarnilgr 26 mai 2016 / 14:50

    La suite est tout aussi bien. Très original en effet même si l’enquête policière brouille un peu le propos, bien qu’elle apporte une touche d’exotisme. Il m’a beaucoup fait penser au film Australia par certains côtés.
    J’ai eu par ailleurs la chance de rencontrer l’un des descendants du Commandant Destremau qui expliquait que dans leur famille même, l’histoire à mis du temps à être connue.

    J'aime

    • caro 26 mai 2016 / 22:32

      J’ai lu la suite oui, mais ai été un peu déçue par l’aspect plus policier qu’historique… C’est vraiment une histoire méconnue, c’est vrai, et je te remercie de ton complément, c’est intéressant à savoir. Pas : je ne connais pas le film Australia, je vais aller me renseigner…

      J'aime

  3. Nathalie 26 mai 2016 / 20:27

    La couverture, les couleurs et la lecture des premières pages m’ont bien donné envie de la lire… Merci pour la découverte !

    J'aime

    • caro 26 mai 2016 / 22:35

      De rien ! 😉 Effectivement, avec ses couleurs chatoyantes, cet album a un air de vacances, et c’est bien agréable par les temps qui courent…

      J'aime

  4. Jerome 27 mai 2016 / 15:02

    Le duo d’auteurs de facteur pour femmes, ça ne pouvait qu’être bon !

    J'aime

    • caro 1 juin 2016 / 15:38

      Effectivement, c’est un très bon duo ! A suivre de près donc !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s