Jules B, l’histoire d’un Juste

JULES B, L’HISTOIRE D’UN JUSTE, par Armelle Modéré (Des ronds dans l’O, 2016)

jules-bJules est un cordonnier célibataire qui supporte très difficilement sa solitude depuis que sa femme l’a quitté pour un autre. L’armée allemande empêche l’artisan de se fournir en cuir et en clous, et il ne peut donc plus travailler. Bref, rien ne va pour cet homme (ou plutôt ce cochon) qui a tendance à noyer sa détresse dans l’alcool. Un jour, il découvre une voiture accidentée sur le bord de la route. Son conducteur et sa passagère sont morts, mais trois enfants (ou plutôt des chatons) sont bien vivants, cachés dans le coffre. Jules les recueille mais comprend qu’ils sont juifs. Malgré les risques encourus, et face à la lâcheté de ses voisins et de ceux qu’il croyait être ses amis, il va tout de même essayer de sauver les trois orphelins, d’abord en les ramenant à Paris, puis en les sauvant d’une rafle annoncée…

Voici un album repéré chez Noukette à sa sortie à l’automne dernier, et je n’ai eu que récemment l’occasion de m’y arrêter. Je m’attendais à quelque chose de super, et je dois dire que j’ai été un peu déçue. L’album est bien, oui, pas de souci là-dessus, mais pas autant que je l’aurais espéré. C’est une façon d’aborder une forme de résistance, en protégeant les Juifs pendant la 2nde guerre mondiale. Les personnages sont représentés sous forme animale, ce qui attire et en même temps distancie le propos. L’idée n’est pas nouvelle (Maus, Blacksad…), mais permet de s’attacher aux personnages, et aussi de repérer facilement le rôle de chacun. Le personnage principal est un homme sans histoire, comme bon nombre de français de l’époque, qui n’a pas d’opinion sur ce qui se passe, effectuant son travail de façon habituelle, jusqu’à ce qu’un événement l’amène à prendre des risques, à quitter son train-train, à prendre conscience des exactions commises envers les juifs et à se découvrir sous un autre jour.  L’album est cependant trop court pour véritablement nous laisser le temps de nous attacher à lui, d’autant plus que les événements s’enchaînent relativement rapidement. Au niveau du dessin, assez enfantin, il peut décontenancer au premier abord, mais n’a rien d’étonnant quand on sait que l’auteur a aussi illustré des albums jeunesse. Agréable, clair et mis en valeur par des couleurs clairs, le trait est parfaitement adapté au public cible. Je l’ai trouvé assez joli. Pour conclure, Jules B. se lit très bien, permettant d’aborder ce sujet difficile avec de jeunes lecteurs, mais il y a une chose que je n’ai pas comprise, c’est à la toute fin de l’histoire, l’hommage de l’auteur à son grand-père, qui n’a pas du tout vécu la même chose que le héros de l’album. Mise à part la période historique, il n’y a aucun point commun et j’ai trouvé cette conclusion de l’auteur assez inutile. Cependant, c’est un ouvrage qui mérite d’être présenté à son lectorat !

A partir de 8 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : La bibliothèque de Noukette, Livresse des mots, D’une berge à l’autre, L’accro des bulles

Quelques planches à voir sur le site de l’éditeur.

Publicités

2 réflexions sur “Jules B, l’histoire d’un Juste

  1. noukette 18 février 2017 / 09:19

    C’est un très bon album jeunesse sur ce sujet, je trouve qu’il remplit très bien son office… et mes collégiens aiment beaucoup !

    Aimé par 1 personne

    • caro 19 février 2017 / 16:28

      Oui, pas de souci pour l’histoire, très bien, c’est juste l’hommage en fin que j’ai trouvé assez inutile. Je pense aussi à acheter cet album pour les collégiens !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s