Ma petite sœur d’occasion [roman]

MA PETITE SŒUR D’OCCASION, par Eric Sanvoisin (Nathan, 2016, coll. Nathanpoche)

soeur occasion

Hugo Blanc est fils unique. En dernière année à l’école primaire, il est bien content d’avoir ses parents pour lui tout seul. Alors quand un jour ces derniers lui annoncent qu’ils vont adopter en Ethiopie Fabyby, une petite fille, Hugo se fâche et refuse de les écouter. Et lorsqu’ils se rendent en Ethiopie pour la chercher, Hugo est obligé d’aller loger chez sa grand-mère pendant leur absence. Comment annoncer cela à sa bande de copains qui martyrisent les plus petits sur la cour de récré ? Comment vont-ils réagir s’il leur annonce qu’il va avoir une petite sœur noire ?

Voici un petit roman choisi pour son titre que je trouvais drôle. Le thème de l’adoption est traité uniquement du point de vue du futur frère, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y est presque pas question de l’accueil du nouvel enfant, mais c’est uniquement le temps de l’attente qui est raconté. Le personnage est un jeune garçon de dix ans, qui au début du roman, contribue avec ses « amis » à harceler les plus petits, de CP ou de CE. Les scènes sont assez fortes quand même, et ne montrent pas un Hugo sous son meilleur jour, du moins dans la première partie du récit. Il tient même parfois des propos racistes, étant plus dérangé par le fait que sa future sœur soit noire que par sa présence au sein de sa famille. Il y a certaines réflexions qui sont particulièrement fortes, chez Hugo ou ses copains. Heureusement, au fil des plus de 150 pages, son comportement change : il est moins égoïste, réfléchit plus aux conséquences de ses actes et de ses paroles. Sa rencontre avec Lilou, une fille de sa classe dont il est secrètement amoureux et qui habite le même immeuble que sa grand-mère, ainsi que ses conversations avec sa grand-mère vont l’aider à accepter et accueillir le mieux possible sa petite sœur.

J’ai bien aimé ce récit, entraînant et bien écrit, mais il y a des petits éléments qui m’ont dérangée : tout d’abord, le héros est en primaire, alors je n’ai pas trouvé aisé de s’identifier à lui, il n’est pas un ado, mais plutôt un grand enfant. Ce roman est abordable par tous les lecteurs, mais j’espère juste que le fait que le récit soit entrecoupé d’illustrations ne perturbera pas les collégiens (qui pourraient penser que c’est un roman « bébé », alors que ce n’est pas le cas)… Ce texte en tout cas permet d’aborder de façon très réaliste et juste le racisme, l’adoption et le harcèlement. Une bonne lecture !

A partir de 9 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Lirado, Petites madeleinesLes papotis de Sophie, Les petits livres de Lizouzou, Sophie lit

Aller découvrir le blog de l’auteur.

Voir aussi un jeu de questions réalisé par une classe ULIS du Limousin, sur le site du CRDP du Limousin.

Premiers chapitres à lire sur Google Books.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s