Fake fake fake [roman]

FAKE FAKE FAKE, par Zoë Beck (Milan, 2016, coll. Macadam)

fake fake fake

Edvard est un adolescent allemand qui est obnubilé par une peste, Constance, et harcelé par un garçon de sa classe, Henk. Il ne se met jamais en avant, tellement maladroit et peu sûr de lui, mais il lui arrive toujours de sacrés misères. Il ne s’aime pas, d’autant plus que la puberté n’a pas commencé pour lui, donc il n’a pas d' »atouts » pour séduire la jeune fille qui l’ignore royalement. C’est alors qu’il lui vient l’idée de se créer un faux profil sur Facebook : il devient Jason, ado américain venu passer son année en Allemagne, et à qui tout réussit. Constance accroche à l’hameçon, au-delà des espérances d’Edvard… Et lorsque cela s’emballe, Edvard va tenter de juguler la vague virtuelle, mais l’engrenage est déjà enclenché…

J’avais repéré ce roman l’an dernier, sur des blogs certainement. La couverture est attirante avec les symboles ressemblant à des applications, et son titre qui fait écho aux propos d’un président américain… Je pensais que ce roman allait plus aborder la question des réseaux sociaux, mais je suis déçue sur ce point, car si Edvard va se laisser dépasser par la popularité du faux Jason, jusqu’à lui inventer une mort, ce n’est pas le thème principal de ce roman. Le récit tourne surtout autour de sa relation avec son voisin, éminent docteur en astrophysique qui va l’aider en cours de sciences, tout en étant expulsé de sa maison familiale. Bref, point de réseaux sociaux là-dedans. J’ai trouvé le démarrage compliqué, pas si intéressant que cela, avec des références allemandes qui ne parleront pas aux élèves qui ne connaissent pas le pays. C’est assez cliché parfois, j’ai eu du mal aussi à m’accrocher au narrateur qui est assez égoïste, un ado, un vrai, quoi… 😉 ! Heureusement que ses parents, surtout sa mère, sont autrement plus intéressants, drôles et ouverts d’esprit ! Bon, il faut quand même le dire : ce roman comporte tout de même un fond sur les réseaux sociaux qui s’emballent, avec des milliers d’amis et de likes, mais je n’ai pas trouvé ça spécialement intéressant, le narrateur exposant les faits sans chercher à comprendre comment ou pourquoi son double numérique a autant de succès sur Facebook…. Bref, quelques éléments bien vus et un certain nombre qui m’ont bien moins plu, cela donne un roman qui ne me marquera pas, je pense…

Non mentionné sur Ricochet.

On en parle (beaucoup) sur les blogs : Blog o noisettes, LiradoLes reines de la nuit, Bob et Jean-Michel, Livresquement, Les pages qui tournent

Premières pages à lire en PDF depuis le site de l’éditeur.

 

Publicités

4 réflexions sur “Fake fake fake [roman]

  1. lespagesquitournent 27 novembre 2017 / 07:43

    Comme toi, certains éléments m’ont plu et d’autres beaucoup moins (en particulier la fin…). J’ai également eu du mal avec le héros, mais mes petits lecteurs de la médiathèque l’ont trouvé « cool » (comme quoi…).
    J’approuve globalement les ressentis de ta critique !^^

    Aimé par 1 personne

    • caro 28 novembre 2017 / 21:47

      Quand on n’est plus ado, l’impression n’est plus la même, c’est vrai ! 🙂 Les élèves qui l’ont lu ne l’ont pas détesté eux non plus !

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s