Le carnet rouge [roman]

LE CARNET ROUGE, par Annelise Heurtier (Casterman, 2017, coll. poche)

le carnet rougeMarie a 16 ans et vit près de Lille avec sa mère Anne, entourée de son meilleur ami Alex. Un jour, à la sortie du lycée, elle remarque un homme qui semble l’observer, et cette situation se reproduit plusieurs fois… Ne connaissant pas ses origines paternelles, Marie pense deviner le lien, mais il n’en est rien : elle découvre que cet homme, Jean, est le mari de sa grand-mère maternelle dont elle ignorait jusque là l’existence, sa mère étant fermée comme une huître à l’idée de dévoiler ses origines. Marie savait juste qu’elle avait du sang du Népal en elle, mais rien de plus. Le vieil homme lui confie alors un carnet rouge dans lequel il a consigné les mémoires de sa femme, à présent décédée. Marie va découvrir ses origines et comprendre pourquoi sa mère ne voulait rien lui dire. Sa grand-mère, Sajani, était une Kumari, l’incarnation vivante d’une déesse. Trouvée toute petite à l’âge de 3 ou 4 ans, elle était vénérée par tous les habitants de Katmandou, mais n’a reçu aucune éducation. Aussi, quand elle a été destituée à la suite de ses premières règles, elle ne savait rien faire et son retour à la vie réelle a été très compliqué… Dans son carnet, elle raconte ses souvenirs de Kumari et son parcours ensuite, qui l’a amené en France après avoir vécu des horreurs…

Ce roman est sorti une première fois en 2011, et depuis que j’ai découvert Annelise Heurtier avec le complexe du papillon, j’essaie de rattraper mon retard, avec cette version poche. J’ai ouvert ce roman sans avoir lu la 4e de couverture, et j’ai été happée par cette histoire qui mêle recherches des origines familiales et récit d’une enfance hors-du-commun au Népal au milieu du 20e siècle. L’histoire est peu banale, et permet de mettre en lumière une tradition religieuse népalaise qui nous apparaît terrible pour la fillette choisie pour être kumari, car elle ne recevait aucune éducation et une fois qu’elle n’était plus kumari, était totalement relâchée dans la nature…Les kumari existe toujours au Népal, mais leur condition a été un peu améliorée (elles reçoivent une éducation pendant leur incarnation de déesse vivante depuis la fin des années 2000).

Le récit du carnet rouge est écrit à la première personne, on se sent donc proche de la narratrice, comme Marie peut l’être. Personnellement, je ne connais pas du tout le Népal, alors j’ai appris plein de choses, le récit comportant bon nombre de mots népalais (expliqués à la fin du roman par un lexique), et comme Marie a elle aussi cherché à en savoir plus sur ses origines, elle nous apporte à son tour pas mal d’informations sur ce pays. Cette héroïne est une ado qui m’a plu : elle se pose des questions, est curieuse et déterminée, mais en même temps sensible et peut être secouée par ce qu’elle découvre de sa grand-mère (en même temps, il y a de quoi être perturbée !). Les deux récits des deux femmes, à deux époques différentes, se mêlent harmonieusement, Annelise Heurtier écrivant de façon fluide et délicate. Difficile donc de lâcher ce roman ! J’adore toujours autant les productions de cette auteure (Envole-moi, Refuges), et je suis contente de savoir qu’il m’en reste encore d’autres à découvrir !

A partir de 12 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Blog o noisettes, Entre les pages, Petites madeleines, Des livres à lire à partager, Books everywhere, Lirado

Visiter le blog de l’auteure.

Publicités

12 réflexions sur “Le carnet rouge [roman]

    • caro 6 février 2018 / 15:08

      Moi aussi, j’aime beaucoup (même si ça ne fait pas longtemps que je l’ai découverte !)

      J'aime

    • caro 6 février 2018 / 15:07

      C’est un des titres qu’il me reste à lire (et il est au boulot, donc je sais que je le lirai un jour !)… 🙂

      Aimé par 1 personne

    • caro 6 février 2018 / 15:07

      Une bien jolie découverte pour moi. J’espère qu’il te plaira aussi !

      Aimé par 1 personne

    • caro 11 février 2018 / 15:11

      Moi non plus, c’est une très bonne auteure !

      J'aime

    • caro 11 février 2018 / 15:11

      Comme je te comprends… J’aime beaucoup aussi ! 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s