BD historique, BD jeunesse

L’enfant cachée

L’ENFANT CACHÉE, par Loïc Dauvillier (scénario), Marc Lizano (dessin) et Greg Salsedo (couleurs) (Le Lombard, 2012)

001130283Elsa est une petite fille qui un soir, dort chez sa grand-mère Dounia. Mais elle entend du bruit et se lève. Là, elle découvre son aïeule en larmes devant des vieilles photos. Elsa lui demande de lui raconter ce qui ne va pas, et c’est ainsi que Dounia raconte sa vie à Paris en 1940, après la défaite de la France et alors que se mettent en place des lois anti-juives. Ses parents sont arrêtés lors de la rafle du Vél d’Hiv, tandis qu’elle est cachée dans une armoire et sauvée par une voisine. Dounia, rebaptisée Simone, va alors vivre plusieurs années sans ses parents, dans une ferme à la campagne, avec la voisine parisienne qui l’élève comme une mère… A la fin de la guerre, Dounia et la voisine partent à la recherche des parents disparus…

J’ai emprunté cet album au CDI où je travaille, car je l’avais déjà repéré sur des blogs ,sans jamais l’avoir lu. Le format est plus petit qu’un format classique de BD, et son épaisseur est toute relative. Avec cette petite taille, on voit que l’album est destiné aux plus jeunes. Une fois qu’on l’ouvre, cette impression est confirmée : l’histoire est vraiment abordée simplement, à hauteur des yeux d’un enfant. Tout d’abord, l’accroche avec la grand-mère et sa petite fille sonne très réaliste, et on s’attache à ces personnages qu’on ne voit que pendant 4 planches au début. Puis il y a le retour en arrière, avec la voix off de la grand-mère, qui raconte des événements qui sont étudiés en cours d’histoire. L’album est agréable à lire, il est à prendre comme un témoignage d’une survivante, et il montre aussi que certains français ont aidé leurs compatriotes en leur sauvant la vie et en prenant des risques. Bref, j’ai bien aimé ce scénario facile à comprendre et en même temps riche en informations. Niveau graphique, j’ai aimé le trait particulier et estampillé « jeunesse » de Marc Lizano. J’ai été au départ décontenancée par les grosses têtes des personnages, type têtes de carnaval presque. Pour autant, cela passe très bien dans l’histoire. Les cadrages sont assez classiques (4 ou 6 cases par planche), avec parfois des découpages différents (en x par exemple) ou avec des pleines pages. La lecture n’est ainsi pas répétitive, et c’est très bien. Bref, j’ai tout aimé de cet album, qui permet de passer un petit moment agréable de lecture. Je le conseillerai sans souci aux élèves du collège, même les petits lecteurs !

A noter enfin une postface qui explique simplement en quelques paragraphes ce qui s’est passé envers les juifs pendant la seconde guerre mondiale, et qui apporte l’aspect documentaire nécessaire pour mieux comprendre cet album.

A partir de 7 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Lirado, La bibliothèque de Noukette, D’une berge à l’autre, Bar à BD, Khadie litA propos de livres, Samba BD

Quelques planches à voir sur Digibidi.

Une exposition pédagogique (à partir de 8 ans) a été construite autour de cet album.

Cet album participe à la-bd-de-la-semaine-150x150, et cette semaine c’est Moka qui regroupe les liens des nombreux participants !

51 réflexions au sujet de “L’enfant cachée”

  1. Je l’ai encore conseillé ce matin à une élève. Je lui ai dit de prévoir un paquet de kleenex à côté d’elle ! C’est histoire est vraiment émouvante… Chez le même éditeur, il y a « La petite famille » qui a également beaucoup de succès.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s