Vies volées

VIES VOLÉES :  BUENOS AIRES, PLACE DE MAI, par Matz (scénario) et Mayalen Goust (dessin) (Rue de Sèvres, 2018)

vies volées.jpg1998, des grands-mères manifestent sur une place de Buenos Aires pour réclamer leurs petits-enfants, volés lors de la dictature militaire qui a écrasé l’Argentine entre 1976 et 1983 et qui a, entre autres, volé des enfants pour les confier à des familles partisanes du régime. Mario, le brun, et Santiago, le blond, sont deux amis d’une petite vingtaine d’années. Mario a des doutes quant à sa filiation, et ne comprend pas pourquoi ses parents n’ont pas de photo de sa mère enceinte, ni pourquoi ils ne veulent jamais répondre à ses questions sur ses origines. Mario profite donc d’une manifestation des grands-mères pour se renseigner, et va se rendre à l’hôpital avec son meilleur ami pour des tests ADN. C’est  là que Santiago a le coup de foudre pour la belle infirmière qui les accueille, Victoria, elle aussi volée à ses parents biologiques…Voici un album qui faisait partie des nouveautés à la bibliothèque, et je l’avais vu passer sur des blogs, certainement à l’occasion de la BD de la semaine, opération tentatrice s’il en est… Le dessin ne m’attirait pas plus que cela, mais je me suis laissée tenter, comme souvent… Et bien ce n’est pas un coup de coeur pour cet album qui met en avant un épisode assez méconnu de la dictature argentine, mais c’est tout de même un assez agréable moment de lecture. J’avais deviné depuis le début ou presque que l’histoire n’irait pas dans le sens de Mario, mais plutôt que ce serait Santiago le blond qui serait le héros de cette histoire. J’ai eu un peu de mal à m’attacher à eux. De plus, j’ai été moyennement conquise par le trait de Mayalen Goust, que je découvre avec cet album : j’ai globalement aimé les portraits masculins, mais j’ai trouvé ceux féminins assez lisses, avec parfois des visages très en longueur… Les couleurs choisies, claires, sont assez ternes, et même si elles collent bien à l’histoire et à son ambiance, je les ai trouvées parfois fades, mais elles sont ainsi quand l’histoire est assez triste, et les couleurs redeviennent un peu plus vives quand l’histoire est plus joyeuse… Mais ce n’est pas non .

Enfin, la page explicative à la fin n’apporte pas vraiment d’éléments supplémentaires pour comprendre ce qui s’est passé pendant les 7 ou 8 années de la dictature, sauf que les personnages sont fictifs mais que leurs histoires sont basées sur de vrais faits. Je crois que j’aurais aimé en savoir plus sur cette période qui me paraît bien lointaine, mais il va falloir que j’aille consulter d’autres ouvrages pour cela, celui-ci étant plus une introduction au sujet. Un album qui ne fait pas partie des indispensables de l’année, mais qui mérite au moins un coup d’oeil si le thème vous attire !

On en parle sur les blogs et le  web : Les lectures de Mylène, Mille et une frasques, Des livres des livres, Les lectures d’Antigone Le blog de Yv, Pretty booksBulles de BD sur France Inter

Premières planches à voir sur Izneo.

Cet album fait partie de la-bd-de-la-semaine-150x150, cette semaine chez Moka qui regroupe les liens des bulleurs de la semaine sur son blog !

Publicités

14 réflexions sur “Vies volées

  1. Mokamilla 27 juin 2018 / 08:08

    Un album qui m’attend sur ma petite PAL BD ! Lecture estivale assurée.

    J'aime

  2. Antigone 27 juin 2018 / 10:17

    Coup de coeur pour ma part !! Mais le trait est spécial c’est vrai… 😉

    J'aime

  3. noukette 27 juin 2018 / 10:20

    Tentée par la découverte oui, le graphisme m’attire et l’histoire m’intrigue…!

    J'aime

  4. Mylene 27 juin 2018 / 10:58

    j’avais regardé plus en détail l’histoire moi aussi sur google

    J'aime

  5. Dame De Pique 27 juin 2018 / 17:17

    Je partage ton avis !
    Moi non plus je ne connaissais pas ce pan de l’histoire argentine avant d’ouvrir cette BD. J’ai trouvée la BD sympa et intéressante mais presque trop facile. J’aurais aimé que la partie historique soit plus approfondie et que le scénario concernant les personnages soit moins téléphoné.

    J'aime

  6. Brize 27 juin 2018 / 21:55

    Déjà repérée et je peux l’emprunter en médiathèque, mais je ne me précipite pas, bien que le thème m’intéresse, car les avis sont positifs mais sans plus.

    J'aime

  7. jacques viel 27 juin 2018 / 23:12

    J’aime beaucoup Matz et ses ambiances polars, mais pour une (rare) fois, je n’ai pas accroché à cet album.

    J'aime

  8. Jérôme 28 juin 2018 / 12:29

    Tu es moins enthousiaste que d’autres mais je reste très tenté par cet album.

    J'aime

  9. saxaoul 29 juin 2018 / 13:53

    En Espagne, sous Franco, on endormait les femmes qui accouchaient et on leur faisait croire que leur bébé était mort né. C’était des opposantes au régime et les bébé étaient élevés par des familles franquistes.

    J'aime

  10. Blandine 1 juillet 2018 / 10:22

    J’aimerais découvrir cet album car le sujet m’intéresse, malgré tes bémols.

    J'aime

  11. Nathalie 9 juillet 2018 / 12:20

    Encore une dont la couverture ne m’attire pas… Mais dont le sujet est intéressant ! Je la lirai si je tombe dessus.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s