Paris est tout petit [roman]

PARIS EST TOUT PETIT, par Maïté Bernard (Syros, 2018)

parisInès a 17 ans et vit en banlieue parisienne. Elle est inscrite en terminale L dans un lycée où elle suit aussi des cours pour les concours d’entrée à Sciences Po, avec ses amis Bahia et Sekou. Orpheline de père et fille d’une femme de ménage d’origine algérienne, la vie n’est pas toujours aisée, mais les deux femmes s’entendent très bien. C’est d’ailleurs sa mère qui a poussé Inès à s’inscrire dans ce lycée éloigné du domicile pour assister aux cours pour Sciences Po. C’est par elle aussi qu’Inès décroche un job de femme de ménage chez les De Brissac qui vivent dans le 7e arrondissement de Paris. Là, c’est le coup de foudre presque instantané avec Gabin, le fils aîné de la famille, 19 ans et aussi en terminale. Les deux jeunes gens issus de mondes opposés vont se découvrir, Gabin partager ses coups de coeur culturels et son amour pour sa ville avec Inès. Mais la Ville-Lumière est frappée par les attentats terroristes au Bataclan, au Stade de France et aux terrasses des cafés… La mère de Gabin meurt au Bataclan, et Gabin perd pied… Que peut faire Inès pour l’aider ?

Voici un roman emprunté en bibliothèque il y a peu de temps : depuis la rentrée, je me fais plaisir en empruntant des romans qui me donnent envie, même si ce n’est pas pour le collège. Depuis quelques mois, je retrouve le plaisir de lire des romans, plaisir qui m’avait quitté pendant quelques années… C’est aussi pour cela que j’arrive désormais à publier un billet sur un roman chaque lundi, et je suis heureuse de ce fonctionnement.

Revenons à ce titre de Maïté Bernard : la couverture, magnifique, m’avait attiré, cette tour Eiffel en arrière-plan avec ces deux mains enlacés au premier plan. Ce n’est qu’après que j’ai vu que les attentats qui ont frappé la France il y a trois ans faisaient partie du roman. Je me doutais que le récit serait fort, mais je ne pensais pas que j’aurais été autant emportée par l’histoire. Toute la première partie relate l’histoire d’amour entre Inès et Gabin, aux univers totalement différents, alors qu’ils vivent à une heure l’un de l’autre, l’une en banlieue, l’autre dans la capitale. L’une, musulmane issue d’un milieu familial modeste, est douée aux études, tandis que l’autre, né dans un milieu favorisé et culturellement riche, est plutôt un cancre et est phobique de l’école. Leur rencontre produit des étincelles, leur amour est très beau, et ils se découvrent chaque jour un peu plus. Leur histoire d’amour grandit au fur et à mesure, chacun enrichissant l’autre (même si c’est plutôt Gabin qui fait découvrir à Inès tout un pan de culture inconnu pour elle, ainsi qu’une capitale vivante et culturellement très animée). Les deux visitent des musées, se promènent en levant les yeux sur les bâtiments, profitent de la richesse de la capitale… Cela donne vraiment envie de se promener à nouveau dans Paris, car en plus, il y a des noms de rues, des adresses, des précisions, et même parfois des explications. Il y a aussi de nombreuses références culturelles : poésie, littérature, films… Ce roman est un véritable voyage littéraire que j’aimerais poursuivre pour de vrai, à Paris, ce roman-déclaration-d-amour-à-Paris à la main. J’en ai aussi profité pour noter quelques films et titres à découvrir (et pas que Prévert, qui a fourni le titre).

J’ai adoré l’écriture de Maïté Bernard, auteure que je ne connaissais pas jusque là : elle sait retranscrire en mots les sentiments, donner un bien bel aperçu de la capitale, unir ces deux jeunes adultes si éloignés au premier abord. Elle parle avec pudeur des attentats du 13 novembre, du deuil si difficile à vivre, des sentiments ambivalents de Gabin après le décès de sa mère, de l’éloignement qu’il impose à Inès follement amoureuse mais si démunie, de l’entrée dans l’âge adulte… Inès la narratrice grandit en 400 pages, fait ses choix et devient une adulte, je l’ai trouvée très attachante, c’était une belle héroïne.

Paris est tout petit est un récit très addictif, pour lequel j’ai plusieurs fois rogné sur mon temps de sommeil, juste pour connaître la suite… Un texte qui me marquera longtemps, sans nul doute !

A partir de 14 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Les lectures de Mylène, Bob et Jean-Michel, Lectures échappées, Temps de mots, Mademoiselle bouquine

Consulter le site de l’auteure.

Publicités

2 réflexions sur “Paris est tout petit [roman]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s