BD historique, BD sport

Un maillot pour l’Algérie

UN MAILLOT POUR L’ALGÉRIE, par Kris et Bertrand Galic (scénario), Javi Rey (dessin) (Dupuis, 2016, coll. Aire libre)

maillotEn 1945, alors que la France fête l’armistice qui vient d’être signée, en Algérie, on manifeste contre la présence des colonisateurs français. Le jeune Rachid et ses amis vivent ces moments sans trop se rendre compte de ce qui se passe. Très doués au football, ils sont repérés par des agents français, et en 1958, alors que la guerre d’indépendance de l’Algérie a commencé depuis 4 ans, ils jouent dans des clubs français et s’apprêtent à jouer sous le maillot français lors de la coupe du monde. Mais deux mois avant la date, contactés par le FLN en France, les joueurs algériens les plus doués quittent la métropole, désertent, pour créer la première équipe nationale d’Algérie… Ils vont s’entraîner tous ensemble en Tunisie, puis partir en tournée en Europe de l’est puis en Russie. Leur objectif est d’obtenir la paix par le sport, et de faire accepter l’Algérie en tant que pays…

Voici un album repéré je ne sais plus où (je ne le note nulle part, donc après, je suis mal barrée pour citer mes sources !). J’ai beaucoup aimé cet album, plus pour le propos que pour le dessin. J’ai aimé le fait qu’il mette en avant des épisodes assez méconnus, qu’il parle de football sans montrer uniquement des matchs, mais plus du côté politique et de ce que le sport peut amener à la société. Alors oui, il s’agit d’une oeuvre de fiction, comme rappelé en avant-propos, mais néanmoins cela reste inspiré des faits réels. Et on sait comment cela finit, avec les accords d’Evian en 1962 et l’indépendance de l’Algérie. Donc en tant que lectrice, je me suis demandée comment cela allait finir pour ces hommes qui se rendent dans des endroits plus que perdus pour s’entraîner et affronter des équipes de seconde zone ou pire… Le récit est agréablement écrit par Kris, déjà connu pour « Un homme est mort » et Bertrand Galic. Un dossier documentaire complète le propos sur les footballeurs et leur épopée.

Le trait de Javier Rey est à la fois simple et élaboré, on arrive à reconnaître les personnages. Les lumières sont travaillées, les scènes en Algérie sont lumineuses et claires, j’ai beaucoup aimé les planches sur 1945, même si parfois elles sont ensanglantées. Rien à dire de plus, sinon que c’est un auteur que je découvre sur cet album, mais j’espère bien le retrouver sur d’autres pages.

Qu’on aime ou pas le sport, ce serait vraiment dommage de passer à côté de cet album, issu de la très bonne collection Aire libre, qui constitue une bonne façon de s’informer sur des épisodes peu connus de ce côté-ci de la Méditerranée.

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : D’une berge à l’autre, La plume francophone, Les cahiers d’oncle Fredo, Sylire

Extrait disponible sur Izneo, ou 40 pages proposées par Le Monde.

Voir un webdocumentaire réalisé par des élèves de lycée professionnel autour de l’album, sur le site de l’éditeur.

Cet album participe à la rentrée de labd bleu, et aujourd’hui, tous chez Moka pour découvrir les lectures estivales des bulleurs participants !

25 réflexions au sujet de “Un maillot pour l’Algérie”

  1. A priori j’aurai pensé à la couverture que ce n’était pas pour moi ais ce que tu en dis me fait envie! ça me fait un peu penser au film Invictus où le rugby est un moyen d’unifier un peuple. Je me laisserai tenter si je le crise: je note!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s