Je ne suis pas un héros [roman]

JE NE SUIS PAS UN HÉROS, par Sophie Adriansen (Fleurus, 2019)

006351746Bastien vit à Paris, près de l’Arc de Triomphe avec ses parents et sa petite sœur Capucine. Chaque jour après l’école, ils ont l’habitude de passer acheter le goûter à la boulangerie. Depuis quelques temps, ils ont remarqué qu’une mère et ses deux filles font la manche devant le commerce et la mère de Bastien lui donne sa monnaie à chaque fois. Cette situation interroge les deux enfants… jusqu’à un jour de pluie, où la famille arrive dans l’appartement suite à l’invitation de la mère de Bastien. Le jeune garçon n’aime pas l’idée d’accueillir des étrangères chez lui, de partager la salle de bains, d’aller à l’école avec… Et aussi, pourquoi les deux fillettes sont-elles autorisées à faire des choses interdites à Bastien ? Le jeune garçon trouve cela injuste et devient jaloux…

Voici un des derniers romans en date de Sophie Adriansen, une autrice dont j’apprécie les écrits. Ici elle aborde le thème des migrants, avec une famille rom arrivée en France et qui est hébergée par une famille française. L’histoire est racontée du point de vue d’un jeune garçon, dont l’âge n’est pas spécialement précisé mais qui n’est pas encore au collège. Il y a quelques passages assez drôles, comme par exemple lorsque Bastien surnomme la famille « les olives » à cause de leur couleur de cheveux, et qu’il les appelle de cette manière devant sa mère… La famille française a un niveau de vie aisé (quartier parisien chic, sorties, occupations pendant les vacances…, et va tâcher d’aider du mieux possible la famille rom, en l’hébergeant, en aidant la mère à trouver du travail et à scolariser ses deux filles, en les aiguillant vers une association… J’ai bien aimé l’histoire qui paraît très réelle, mais j’ai juste une réticence sur l’âge du héros, qui est un peu trop jeune à mon goût. J’aurais aimé qu’il s’agisse d’un ado, car je ne sais pas comment un ado lecteur réagirait face à un tel personnage principal. On apprend sur la fin qu’il existe un délit de solidarité et qu’il n’est pas possible d’aider des gens sans papiers dans le besoin.  Ce roman peut donc être l’occasion de mettre la lumière sur les situations des migrants et les inégalités dans le monde. Un bon support pour le dialogue, pour la tolérance et la solidarité entre les hommes, à l’heure où la société est de plus en plus individualiste…

Non mentionné sur Ricochet, je dirais à partir de 9 ou 10 ans.

On en parle (beaucoup) sur les blogs : Blog o noisettes, La bibliothèque de Noukette, D’une berge à l’autre, Bricabook, Mes échappées livresques, Les lectures d’Antigone

D’autres romans de Sophie Adriansen sur le blog : Max et les poissons, Papa est en bas, Hors piste, Les grandes jambes, Quart de frère quart de soeur.

Une réflexion sur “Je ne suis pas un héros [roman]

  1. mesechappeeslivresques 4 novembre 2019 / 09:38

    Encore un très bon roman de Sophie Adriansen! De mon côté, l’âge de Bastien ne m’a pas dérangé et l’auteure se glisse sans difficulté dans la peau de cet enfant 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s