La plus belle de toutes [roman]

LA PLUS BELLE DE TOUTES, par Rachel Corenblit (Rouergue, 2018, coll. DoAdo)

laplusbelle de toutes.jpg

Une émission de télé fait sensation : son principe : six adolescentes de 16 ans, choisies sur des critères de beauté, pour participer à une émission de télé-réalité intitulée « La Plus Belle de Toutes ». Chaque jour des défis et une mise en scène pour faire monter l’audience, mais les six caractères si différents vont au final déjouer les pièges prévus par la production, l’animateur Edmond et sa collaboratrice Chocolatine…

J’ai acheté ce roman pour deux raisons : d’abord j’aime bien les textes édités dans cette collection, j’ai été rarement déçue par la qualité des propos. Puis j’ai aussi flashé sur la couverture avec les poupées Barbie, sorte de roman photo des années 1980. J’ai trouvé cela assez kitsch et rigolo pour me laisser tenter par cette histoire.

La construction n’est pas très habituelle : à chaque chapitre, un narrateur différent, ce qu’il fait qu’il faut bien lire le titre du chapitre pour savoir qui parle (et souvent j’ai tendance à ne pas lire le titre, autant dire que là j’ai fait attention)… Dans le premier chapitre, c’est l’animateur de l’émission, prénommé Edmond qui parle, sorte de pacha qui ne cherche qu’à faire de l’audience, parle aux candidates comme s’il les connaissaient depuis leur tendre enfance, et au public tel un Cyril Hanouna (avec « mes chéris » et autres expressions qui m’horripilent). Bref, ce premier chapitre met dans le bain de l’émission de télé qui s’étale sur 6 jours et donc dans ces 220 pages. Cette émission est un condensé de plusieurs émissions de téléréalité qui sont largement répandues à la télévision depuis le début des années 2000 : on y retrouve l’enfermement de candidates, les pièces filmées, le confessionnal où chacune s’adresse à une voix… Chacune des filles, à la personnalité bien différente, est assez développée pour qu’on s’attache à l’une ou l’autre d’entre elles. Et ce qui est drôle, c’est comment elles vont réussir à casser ce qui était prévu par la production pour faire de l’audimat…

Ce roman ne me marquera peut-être pas longtemps, mais j’ai trouvé que c’était un bon contre-pied aux émissions de « télépoubelle » que l’on trouve encore sur des chaînes de télévision et qui plaisent tant aux adolescents… Les réactions des six filles sont globalement drôles, car elles ne correspondent pas aux clichés du genre « sois belle et tais-toi », et vont essayer de se faire remarquer pour de bonnes raisons (et non pas pour leur plastique avantageuse). En tout cas, ces six jeunes filles sont assez attachantes, contrairement à Edmond et Chocolatine que j’ai détesté tout au long du récit bien mené.

A partir de 13 ans selon Ricochet.

Extrait à lire depuis le site de l’éditeur.

On en parle sur les blogs : Chez Clarabel, Takalirsa, Serial blogueuses

D’autres textes de Rachel Corenblit sur ce blog : Que du bonheur !, Encore plus de bonheur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s