BD aventure, BD humour

Calfboy

CALF BOY, par Rémi Farnos (La Pastèque, 2018)

calfboyQuelque part aux Etats-Unis, à une période indéterminée, Chris et son frère sont deux bandits qui viennent de commettre un casse de locomotive. Ils ont touché le jackpot, et fête leur réussite. Chris boit plus que de raison et a l’idée folle d’aller enterrer le butin dans le désert. Sauf que le lendemain, il lui est impossible de se remémorer l’endroit exact où le trésor a été dissimulé… Chris est persuadé qu’il va remettre la main sur le pactole, le temps que sa « tête se revisse sur son cou ». Il demande 3 jours de délai et, optimiste, part à cheval. Mais cela commence mal, car il se fait voler son cheval par un indien, sans violence, et en vole un à son tour pour retrouver une monture. Arrivé à Helltown, il rencontre un enfant qui veut récupérer la prime pour tuer un homme… Voilà Chris affublé d’un mioche qui garde toujours son objectif premier en tête, la prime…

Voici un album très original, que j’ai lu alors qu’il ne me tentait pas plus que cela, peut-être à cause de sa couverture aux teintes froides. Finalement, je n’ai pas été déçue, bien au contraire, car cet album est une vraie réussite graphique ! En fait, l’auteur français, Rémi Farnos, joue sur bon nombre d’astuces graphiques pour nous accrocher à cette histoire. Son trait est particulier, ne montrant les personnages que de loin, n’utilisant jamais les gros plans. Les cases sont le plus souvent carrées, mais le sens de lecture n’est pas toujours linéaire, loin de là. C’est un régal de parcourir les cases pour trouver le sens de lecture. Quelques planches sont constituées d’un seul et même dessin, mais avec des détails à observer (avec une case à l’intérieur pour guider l’oeil, ou un paysage à observer), j’ai trouvé cela top, et vraiment original si on accepte de jouer le jeu proposé par l’auteur. En plus, pour ne pas gâcher le plaisir, il y a quelques touches d’humour dans les dialogues !

L’histoire est assez classique du western avec ses codes habituels : le chasseur de primes, le butin, le cow-boy solitaire avec son cheval, les indiens… On retrouve un univers connu, au moins si on a déjà lu du Lucky Luke par exemple. Moi personnellement, j’ai adoré cet hommage aux albums que je lisais plus jeune, et les trouvailles que propose l’auteur pour dyanmiser et moderniser le récit. Une vraie réussite graphique que cet album !!! A découvrir, vraiment !

Non mentionné sur l@BD, je dirais à partir de 11/12 ans.

Quelques planches à voir sur le site de l’éditeur québécois.

On en parle sur les sites sépcialisés BD : Benzine mag, Bodoï, Comix Trip

Interview de l’auteur à lire sur Un indien au phare ouest.

Cet album participe à labd bleu et cette semaine on se retrouve chez Stephie de mille et une frasques.

39 réflexions au sujet de “Calfboy”

  1. La Pastèque est incontestablement une valeur sûre. C’est pour ça que je lirai ce titre bien qu’il ne m’attire pas spécialement au premier coup d’oeil. (Et après avoir ADORÉ le roman de Marion Brunet qui pourtant est un western, je suis prête à céder une nouvelle fois à la tentation.)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s