BD fait de société

Il fallait que je vous dise

IL FALLAIT QUE JE VOUS DISE, par Aude Mermilliod  (Casterman, 2019)

audeAutobiographie d’Aude Mermilliod, qui raconte son avortement huit ans plus tôt. Sa rencontre avec le médecin-auteur Martin Winckler à Montréal à l’hiver 2017 l’a décidée à raconter sous forme de bande dessinée cet épisode douloureux de sa vie. Elle expose sa vie sentimentale compliquée, les rendez-vous médicaux, les soignants plus ou moins attentionnés, les réactions des personnes de son entourage, les séances de soin par les massages… Elle raconte le tout sans fard, sans enjoliver la vérité. Dans une seconde partie, intitulé « Marc » (son véritable prénom), Martin Winckler expose son parcours de médecin, comment il a vécu la loi Veil en 1974 alors qu’il était encore étudiant, son engagement au centre de planification au Mans, l’évolution dans sa façon de communiquer avec les patientes…

Voici un épais album repéré chez les bulleurs de la BD de la semaine. Je ne connaissais pas l’autrice, donc je l’ai ouvert d’un oeil neutre. Globalement, disons que j’ai apprécié son témoignage, dans le sens où elle raconte, sans fard, tout l’acte médical de l’IVG, mais aussi les conversations qu’elle a pu avoir avant de faire son choix, ainsi que l’easpect psychologique et ce qui s’est passé pour elle ensuite. Par contre, je ne m’attendais pas à avoir deux parties aussi distinctes l’une de l’autre. En fait, cela donne deux récits côte à côte, même si le sujet est le même. On a deux points de vue sur l’IVG, de la part d’une femme qui l’a vécue, et de la part d’un médecin qui en a pratiqué. C’est intéressant, mais je ne suis pas sortie totalement convaincue par cet album, certes touchant, mais qui ne me marquera pas plus que cela. Oui, c’est intéressant pour en apprendre plus sur l’histoire de l’IVG du côté de l’histoire du médecin, mais aussi intéressant pour la psychologie d’une femme qui fait un choix à un moment de sa vie. Mais j’ai cependant trouvé que les deux histoires étaient trop mises en parallèle, au point que cela aurait presque pu constituer deux albums distincts. Dommage qu’il n’y ait pas eu de ponts entre les deux histoires (il y a juste la rencontre entre Aude et Martin, au début et au milieu)

Le dessin est assez clair, épuré, montrant les corps tels qu’ils sont, donc pas toujours sous leur meilleur jour, et il faut reconnaître à l’auteur le fait de ne pas cacher la réalité. Les couleurs sont assez pâles, parfois monochromes. Graphiquement j’ai aimé, mais pas adoré non plus.

« Il fallait que je vous dise » est un album de plus de 160 planches qui touchera d’autant plus les femmes qui ont vécu une IVG, mais aussi les autres, sur un sujet qui est toujours remis en cause par certains à l’esprit étroit…. Il faut reconnaître que ce sujet, vraiment pas simple, est abordé avec justesse et pudeur, mais cet album ne constituera pas pour moi une lecture coup de coeur.

Non mentionné sur l@BD, je dirais à partir de 15 ans.

On en parle sur les blogs : Au fil des plumes, Au milieu des livres, Loup bouquin, Un amour de BD, Chez madame, Lyvres, Mes pages versicolores

Quelques planches à voir sur le site de l’éditeur.

Cet album participe à labd bleu, aujourd’hui chez Moka au milieu des livres !

31 réflexions au sujet de “Il fallait que je vous dise”

  1. En effet, cet album trouve un écho particulier chez moi. Et j’ai aimé la manière dont Aude Mermilliod traite cela avec une simplicité étonnante sans jamais être simpliste.

    Et j’ai acheté (et commencé le pavé de Martin Winckler dont il est question dans l’album. Histoire de…)

    Aimé par 1 personne

    1. Sa manière de traiter le sujet est intéressante, et pas lourde ou déprimante (alors que le risque était grand), mais j’ai été déçue par l’aspect deux-récits-en-un…
      Je n’ai jamais lu de Martin Winckler, mais je garde le nom dans un coin de ma tête…

      Aimé par 1 personne

  2. J’hésite à chaque fois que je suis en librairie. Mais la scission dont tu parles m’arrête et au final, je ne suis pas certaine d’apprécier cet ouvrage comme il se doit. A l’occasion d’un emprunt, surement 😉

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai beaucoup aimé cette lecture et les deux récits qui, effectivement, auraient pu être enchâssés. Mais ainsi, ils se complètent bien quand même.
    Une lecture qui résonne encore en moi.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s